Accueil - Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 - le numéro de l'Orientation pour tous (service gratuit) - coût de l'appel 0,06 euros en moyenne

Coopération agricole et ses services associés

Dans le secteur professionnel de la coopération agricole, le contrat de professionnalisation vous permet de vous former tout en travaillant par une alternance entre une formation théorique en organisme de formation et une formation pratique dans l’entreprise. Ce contrat dure de 6 à 12 mois, voire quelques fois jusqu’à 24 mois. Vous êtes rémunéré tout au long de cette période en pourcentage du Smic. Des professionnels vous accompagnent pour trouver votre contrat et choisir votre formation, susceptible de vous conduire sur le chemin de l’emploi.

Un contrat pour qui et pour quelle formation ?

Les bénéficiaires

Jeune, demandeur d’emploi ou bénéficiaire de certaines allocations vous pouvez accéder au contrat :

  • Jeune de 16 à 25 ans
  • Demandeur d’emploi de 26 ans ou plus, inscrit à Pôle emploi
  • Bénéficiaire du :
    • RSA
    • ASS (allocation spécifique de solidarité pour les fins de droits)
    • AAH (allocation adulte handicapé)
  • Bénéficiaire d’un contrat aidé tel que le CUI-CAE ou le CUI-CIE

Les formations envisageables.

La formation proposée par un employeur en contrat de professionnalisation doit correspondre à une des qualifications énumérées ci-dessous :

  • Diplôme ou titre professionnel enregistré au RNCP (Répertoire national de certification professionnelle – ce répertoire vous permet de connaître tous le cursus et le programme de chaque qualification. Il est accessible sur www.cncp.gouv.fr)
  • Qualification correspondant à un métier figurant sur la convention collective de la branche dans laquelle vous allez accomplir votre formation : Les certificats de qualifications professionnelles (CQP)
  • Certificat de qualification professionnelle (c’est la branche qui fixe les métiers et formations dont elle a besoin)

La formation comprend des enseignements généraux, une formation pratique et des actions d’évaluation et d’accompagnement. La formation théorique se déroule dans la plupart des cas en organisme de formation, mais elle peut s’effectuer en interne dans l’entreprise. En organisme de formation, ce dernier délivre une convention de formation avec programme, durée…, annexée au contrat de travail.

Les actions d’évaluation, de professionnalisation, d’accompagnement ainsi que les enseignements généraux, professionnels et technologiques sont d’une durée comprise entre 20 %, sans être inférieures à 150 heures, et 40 % de la durée totale du contrat de professionnalisation, notamment pour les jeunes n’ayant pas achevé un second cycle de l’enseignement secondaire ou qui ne sont pas titulaires d’un diplôme de l’enseignement technologique ou professionnel ou pour ceux qui visent des formations diplômantes ou qualifiantes.

Pendant toute votre formation vous êtes obligatoirement accompagné dans l’entreprise par un tuteur. Ce dernier se charge de vous :

  • Suivre tout au long du contrat
  • Evaluer éventuellement votre progression en fonction de votre formation
  • Faire le lien entre l’entreprise et l’organisme de formation
  • Aider en tous points

Il est possible que vous bénéficiiez également d’un tuteur externe à l’entreprise, notamment pour toutes les questions relevant du logement, de la santé, des transports… La formation est gratuite ; c’est à votre employeur d’assurer la prise en charge des frais pédagogiques et lui-même se fait rembourser, si le contrat est conforme aux dispositions juridiques, par son Opca (organisme paritaire collecteur agréé auquel il verse sa contribution à la formation professionnelle). Souvent, la conclusion de votre contrat dépend de la réponse de prise en charge par l’Opca.

Si la formation proposée nécessite préalablement une formation pour vous mettre à niveau, il est possible de vous proposer d’effectuer une préparation opérationnelle à l’emploi (POE).

Quels sont le contrat de travail et la rémunération ?

Le contrat de travail.

Vous pouvez être embauché soit en contrat à durée indéterminée (CDI) ou en contrat à durée déterminée (CDD). Si vous êtes en CDI, la formation se situe en début de contrat et est appelée "action de professionnalisation". A sa fin, vous devenez un salarié en CDI à part entière dans l’entreprise selon la classification de votre poste et rémunéré comme tel. Une période d’essai peut être fixée à votre contrat. Ce dernier, écrit sur un formulaire administratif, doit être signé de l’employeur, du tuteur et de vous. Un exemplaire vous est remis.

Le contrat de professionnalisation dure de 6 à 12 mois, voire de 18 à 24 mois, notamment en fonction de la durée de la formation et également si vous avez rencontré des difficultés professionnelles ou sociales avant l’entrée en formation. Dans votre branche professionnelle, la durée du contrat peut être portée à 24 mois dans les cas suivants pour les personnes sorties du système éducatif sans qualification professionnelle reconnue ou lorsque la nature des qualifications visées l’exige :

  • aux jeunes de moins de 26 ans sans qualification professionnelle ;
  • au jeunes de moins de 26 ans qui veulent compléter leur formation initiale ;
  • aux demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus, lorsqu’une professionnalisation s’avère nécessaire pour favoriser leur retour à l’emploi ;
  • aux bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ou aux salariés en contrat unique d’insertion.

En tant que salarié de l’entreprise, chaque année vous obtenez un crédit d’heures à votre compte personnel de formation (CPF). Vous pouvez vérifier et accéder à ce que le compte personnel de formation peut vous offrir comme possibilités de formation et votre crédit d’heures en vous rendant sur www.moncompteformation.gouv.fr, muni de votre numéro de Sécurité sociale, d’un bulletin de salaire et accessoirement de votre attestation DIF ou certificat de travail de votre dernier contrat de travail si vous avez acquis des heures de DIF jusqu’au 31 décembre 2014 sans les avoir utilisées.

La rémunération pendant le contrat de professionnalisation – ou action de professionnalisation si vous êtes en CDI, s’établit comme suit :

Les conditions de rémunération sont celles fixées par la réglementation et les dispositions conventionnelles en vigueur, article 7 de l’accord interbranches du 27 février 2013 relatif à la professionnalisation et au droit individuel à la formation des entreprises des industries alimentaires

Pendant les 12 premiers mois Au-delà des 12 premiers mois Pendant les 12 premiers mois Au-delà des 12 premiers mois
16 à 20 ans 16 à 20 ans 21 à 25 ans 21 à 25 ans
Titulaires ou non d’un bac pro 65 % du Smic 70 % du Smic 80 % du Smic 85 % du Smic
26 à 44 ans 45 ans et plus
Titulaires ou non d’un bac pro 85 % du salaire conventionnel du poste occupé sans être inférieur au Smic 100 % du salaire conventionnel du poste occupé

Comment trouver un contrat de professionnalisation ?

Plusieurs organismes vous permettent de trouver des annonces relatives à des offres de contrat de professionnalisation :

Où trouver des lieux d’orientation et le financeur du contrat de professionnalisation ?

L’accompagnement Pour vous faire aider dans la recherche d’un contrat de professionnalisation et pour vous permettre de choisir la formation la plus adaptée à votre retour à l’emploi, des conseillers en évolution professionnelle vous accompagnent. Où les trouver ?

Le financeur qui contrôle également le contrat de travail, l’Opca de votre branche :

L’accord professionnel des industries alimentaires s’applique aux conventions collectives suivantes :

Au titre de la coopération agricole :

  • Coopératives et sociétés d’intérêt collectif agricole bétail et viande
  • Coopératives agricoles de céréales, de meunerie, d’approvisionnement, d’alimentation du bétail et d’oléagineux
  • Conserveries coopératives et SICA
  • Coopératives agricoles laitières
  • Caves coopératives vinicoles
  • Coopératives agricoles, unions de coopératives agricoles et SICA de fleurs, de fruits et légumes et de pommes de terre
  • Lin : teillage du lin, coopératives agricoles et SICA
  • Sélection et reproduction animale
  • Entreprises agricoles de déshydratation de la région Champagne Ardenne
  • Contrôle laitier
  • Centres de gestion agréés et habilités agricoles
  • Distilleries viticoles (coopératives et unions) et distillation (SICA)

Source : Source : Centre Inffo

Mis à jour le 25 juin 2015