Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 le numéro de l'Orientation pour tous. (Service gratuit)

Les voitures électriques : moteur de nouveaux métiers

La France est pionnière dans le développement de la voiture électrique. Les nombreux projets qui essaiment sur le territoire témoignent d’une véritable mutation de la filière automobile. Une évolution riche en métiers d’avenir.

Le développement de la voiture électrique : une nécessité écologique

La question de la réduction des émissions de CO2 est primordiale notamment pour le secteur automobile. En France, la circulation routière représente en effet 93,5 % du total des émissions de CO2 produites par les transports (Chiffres ADEME). Pour les industries concernées, une partie de la réponse réside dans le développement de la voiture électrique. L’objectif européen est de diminuer les émissions de CO2 de 40% d’ici 2020, ce qui implique des changements importants de motorisation (pas seulement électrique) mais aussi hybride.

L’industrie française à la pointe

En matière de voiture électrique, l’industrie française figure parmi les plus avancées du monde. Les constructeurs et leurs sous-traitants investissent massivement. Une démarche qui répond à une attente du consommateur mais aussi du gouvernement. Grâce à la commande publique et à de nombreuses incitations fiscales, la France a l’ambition d’immatriculer deux millions de véhicules électriques et hybrides rechargeables d’ici 2020.

Un défi pour la recherche

Silencieuse et non polluante, la voiture électrique pose de nombreux défis technologiques, à commencer par son autonomie et son prix d’achat. Deux critères clés qui dépendent de l’évolution des batteries. La recherche et développement des entreprises françaises y travaille : Renault, PSA, Bolloré ou encore Saft sont impliquées dans des projets ambitieux de production de batteries automobiles. Pour répondre à ces critères, la solution pourrait également passer par l’hydrogène : le projet FAM City H2 en est un exemple avec une voiture dont l’électricité est produite par une pile à combustible alimentée par ce gaz.

Une offre déjà très fournie

Cet engagement de tous les acteurs de la filière produit des résultats : Des véhicules électriques Renault, Peugeot, Citroën, Bolloré, Mia, FAM ou encore Volteis sont déjà proposés sur le marché. Cette offre n’existe que depuis quelques mois, ce qui explique des chiffres de vente encore modestes : entre janvier et avril 2012, 2645 véhicules électriques ont été vendus en France (Chiffres CCFA). Cependant, certains constructeurs estiment que les véhicules électriques et hybrides rechargeables représenteront 10% du marché automobile mondial en 2020. La France n’est bien sûr pas seule à se convertir à la voiture électrique. Tous les Etats de l’Union Européenne mettent en place des plans de développement ambitieux. Une bonne nouvelle à terme pour l’industrie française, qui y trouvera débouchés et opportunités de partenariats fructueux.

Les métiers de l’automobile évoluent

La filière automobile, qui emploie directement ou indirectement 10% de la population active française (Chiffres CCFA), s’engage dans une profonde mutation. De nouveaux débouchés sont créés grâce au plan national de développement d’infrastructures de recharge signé en 2009 : de nouvelles entreprises se spécialisent dans l’installation de bornes dans les parkings publics ou à domicile. Des perspectives de recrutement s’ouvrent pour les spécialistes d’électricité automobile ou de mécatronique (discipline associant mécanique, automatique, électronique et informatique). Les emplois existants doivent également s’adapter : selon PSA, près de 120 métiers automobiles sont concernés. La voiture électrique, une évolution ? Non, une révolution !

Les industries technologiques
http://www.les-industries-technologiques.fr/

Mis à jour le 22 juillet 2012