Les industries chimiques "recrutent chaque année 13 à 15 000 salariés, principalement en CDI."



Interview. Catherine Beudon, Responsable social, emploi, formation à l’Union des Industries Chimiques (UIC) a répondu à nos questions.


Comment se porte le secteur des industries chimiques en France ?

JPEG - 440.9 ko

Les industries chimiques ont enregistré, en 2014, une croissance de 2,9 % en volume de leur production. C’est un secteur fortement exportateur qui se maintient au premier rang des secteurs industriels exportateurs en France.

Après une croissance 2014 supérieure à celle de nombreux autres secteurs industriels, l’industrie chimique devrait connaître, en 2015, une nouvelle progression de l’ordre de 2 % en volume. C’est donc un secteur industriel qui se porte bien. La force de l’industrie chimique, c’est cette capacité à se transformer, à innover et à exporter afin de répondre plus efficacement aux défis actuels et aux besoins de ses clients.

Quels sont les besoins en recrutement ?

Chaque année les entreprises recrutent 13 à 15 000 salariés, principalement en CDI.

Les besoins en recrutements pour les entreprises des industries chimiques concernent principalement les métiers :

  • de la production (opérateur, technicien et ingénieur de fabrication), du laboratoire (technicien, chercheur),
  • de la maintenance (technicien),
  • de la logistique (supply chain, transports de marchandises, achats)
  • et les technico-commerciaux (des scientifiques au départ qui évoluent vers les métiers de la relation clients).

Bien évidemment, nos entreprises embauchent aussi sur tous les autres métiers tels que la qualité, la sécurité, l’environnement, les affaires réglementaires, la RH (fonction très impactée par la réforme de la formation professionnelle), et les métiers supports traditionnels (finances, comptabilité).

L’Observatoire des industries chimiques a réalisé avec l’APEC, une étude sur le recrutement des cadres dans notre secteur d’activité. Notre industrie a créé de l’emploi cadre sur les deux dernières années. Cette étude est consultable sur www.observatoireindustrieschimiques.com.

Comment attirer les jeunes dans le secteur ?

JPEG - 236.1 ko

Nous devons trouver le moyen de parler aux jeunes de notre industrie qu’ils ne connaissent pas, car une grosse partie de notre production est utilisée par d’autres secteurs industriels pour être incorporée dans leurs propres produits, c’est donc du B to B, qui plus est très orienté à l’international. Notre communication vise donc à présenter notre industrie et ses métiers.

L’Union des industries chimiques (UIC) mène de nombreuses actions de promotions des métiers. Des industriels interviennent dans les établissements d’enseignement pour présenter notre industrie et nos métiers. Nous mettons à la disposition des enseignants et des jeunes un site internet dédié www.lesmetiersdelachimie.com et nous avons aussi une action emblématique avec le Chemical World Tour qui permet à des étudiants en chimie de parcourir le monde à la découverte des innovations en chimie qui participeront aux produits de demain.

Notre industrie est une industrie de haute technologie qui participe pleinement au développement des innovations industrielles qui vont changer le monde dans lequel nous vivons. Elle s’inscrit dans les débats de société et permet aux salariés du secteur de participer activement aux activités qui visent notamment à protéger l’environnement, développer des sources d’énergie alternatives au pétrole, assurer un accès à l’eau potable. C’est cette dimension sociétale que nous devons faire découvrir aux jeunes.

Quelles sont les formations proposées en chimie ?

Les industries chimiques sont un secteur industriel qui s’est bâti sur une science « la chimie ». En tant que science académique, la chimie est enseignée du collège à l’université et les diplômes en chimie sont très nombreux, du baccalauréat au doctorat. Notre industrie a besoin de scientifiques de bon niveau venant de différentes disciplines : la chimie mais aussi la physique, la biologie, les mathématiques…

Nous avons aussi créé des certificats de qualification professionnelle (CQP) afin de faciliter l’embauche de jeunes n’ayant pas suivi un parcours professionnalisant permettant l’accès à nos métiers. Nos CQP sont proposés en contrat de professionnalisation principalement pour les métiers de la fabrication, du conditionnement, de la logistique et de la maintenance.

Quels types de diplômes sont plébiscités par les entreprises ?

Pour nos métiers de la fabrication, le bac professionnel « procédés pour la chimie, l’eau et les papiers-cartons » est la porte d’accès aux métiers de conducteur d’installation.

Les entreprises sont très demandeuses de Bac +2 de type BTS ou DUT pour nos métiers de techniciens de fabrication ou de laboratoire. Deux nouveaux BTS seront disponibles en septembre 2016, le BTS « Pilotage de procédés », et le BTS « métiers de la chimie ». Diplômes dont la création a été demandée par les industriels pour mieux répondre à la montée en compétences sur ces métiers.

La licence professionnelle des industries chimiques a trouvé sa place pour les métiers de techniciens également.
Et enfin notre industrie accueille de très nombreux ingénieurs et des docteurs en chimie.

Quels sont les avantages du secteur de la chimie ?

Nombreuses sont les entreprises de notre secteur qui, quelle que soit leur taille, sont présentes à l’international. Les opportunités de carrière en France et hors de nos frontières sont réelles.

En Europe bien entendu mais aussi en Chine, en Inde, au Moyen-Orient, au Brésil et aux Etats-Unis, pays où les entreprises françaises sont présentes. La convention collective des industries chimiques offre un niveau de rémunération attractif à tous les niveaux hiérarchiques et supporte la comparaison avec d’autres secteurs.

Les emplois sont hautement qualifiés pour plus de 60 % de nos salariés. La politique formation vise à permettre aux salariés de réaliser des parcours professionnels diversifiés qui répondent à leurs attentes.

Quels sont les métiers d’avenir ou émergents ?

JPEG - 263 ko

Les métiers de la recherche et du développement (R&D) sont en mutation avec la chimie du végétal, les biotechnologies industrielles, l’écoconception, le recyclage, la transition énergétique, la toxicologie, l’écotoxicologie.

Les réglementations françaises et européennes ont renforcé l’importance des affaires réglementaires. En fonction des produits fabriqués les législations et les normes à respecter sont nombreuses et variées. Compte tenu de l’importance de nos exportations nous devons également tenir compte des réglementations applicables dans les différents pays destinataires de nos produits.

Les métiers de la logistique évoluent aussi car les matières premières se sont diversifiées. Le transport et le stockage doivent s’adapter à celles-ci.
Le développement du digital et des objets connectés impacte les métiers de la production. Les « data scientist » et « data analyst » font leur entrée dans les entreprises pour gérer le Big Data source de développement pour les années à venir.

Autres métiers émergents tels que l’« ingénieur en efficacité énergétique », le « chercheur en biotechnologies », le « responsable bioproduction », le responsable « lean manufacturing ».


En savoir plus

Sites partenaires

Cet article vous a-t-il été utile ?