19 000 créations d’emplois dans la construction automobile d’ici 2021



Face à de profondes mutations technologiques et sociales, le secteur de la construction automobile est en train d’opérer des changements majeurs. Se tournant vers l’innovation et la robotisation, elle recherche en priorité des ingénieurs et des techniciens hautement qualifiés.


Innover pour rester compétitif

Avec 53,2 Md d’euros de chiffres d’affaires et 200 000 salariés en France en 2014, le secteur de la construction automobile a été confronté à une baisse de la consommation des ménages et des exportations. En France, l’immatriculation des véhicules neufs a régressé de 22 % entre 2010 et 2014.

Depuis 2015, la consommation reprend, mais la filière de la construction automobile subit de profondes mutations sociales et technologiques. Voitures intelligentes, navigations embarquées, nouvelles motorisations, stockage d’énergie … les défis techniques à relever demanderont de gros investissements en innovation de la part des grands groupes. Parallèlement à ces mutations technologiques, les usages changent, de nouveaux modes de consommation apparaissent (leasing, covoiturage, autopartage…).

En réponse à ces changements, le secteur a entrepris trois chantiers majeurs :

  • développer « l’ usine du futur » qui alliera robotisation et intégration numérique ;
  • créer des véhicules autonomes (sans conducteur) ;
  • développer de nouvelles motorisations plus propres.

Former et recruter des profils hautement qualifiés : ingénieurs et techniciens

Pour innover, les entreprises doivent acquérir et renforcer les compétences de leurs équipes en matière d’ingénierie, d’électricité de puissance, de développement informatique, d’expertise Big data et d’intelligence artificielle.

L’observatoire prospectifs des métiers de la métallurgie estime que 19 000 postes seront créés dans la filière d’ici 2021, soit une progression de 4,5 % d’emploi d’ici cinq ans.

L’investissement massif dans l’innovation va entraîner des besoins très importants en ingénierie :

L’observatoire estime que les besoins en ingénieurs seront de +21% d’ici cinq ans.

Pour construire « l’Usine du futur » qui alliera automatisation et robotisation, le secteur de la construction automobile aura également besoin de techniciens :

Ces métiers hautement qualifiés (ingénieurs et techniciens) sont aussi recherchés par d’autres secteurs d’activité, comme le numérique. Pour parer cette concurrence, le secteur de la construction automobile doit dès à présent former ses salariés et les préparer aux évolutions de demain. Il est également essentiel de promouvoir la filière auprès des jeunes afin d’attirer les talents.

Rendre mobile les salariés dont les métiers sont en recul

A contrario, d’autres métiers seront un peu plus en recul du fait de la robotisation, de l’automatisation et de l’intégration numérique :

Enfin, les métiers d’employés (secrétaire agent administratif, comptables) du fait de l’informatisation et de l’externalisation essuieront aussi une baisse d’effectifs.

Pour ces métiers en déclin, l’observatoire de la Métallurgie estime qu’il est nécessaire de faire évoluer les compétences des salariés en proposant des formations adaptées aux mutations. Il est aussi important d’informer les salariés sur les mobilités possibles vers des métiers en croissance.

A retenir
Le secteur de la construction automobile doit faire face à de profondes mutations dans les cinq années qui viennent. Des opportunités existent notamment dans l’ingénierie et le métier de technicien. La capacité à coordonnées plusieurs équipes, la gestion, la programmation des équipements sont d’ores et déjà des compétences très recherchées par les recruteurs.


En savoir plus

Cet article vous a-t-il été utile ?

1 vote