92 % des assistants de vie satisfaits de leur emploi en région Grand-Est



L’Observatoire régional des emplois et des compétences Alsace a mené une étude sur l’insertion professionnelle des assistants de vie diplômés en 2016. Ils sont 66 % à être en emploi 6 à 17 mois après leur formation. Les jeunes diplômés travaillent principalement dans les secteurs de l’aide à domicile (71,4 %) et de l’hébergement pour personnes âgées (16,6 %).


Une insertion professionnelle facilitée

L’Oref Alsace explique que l’insertion des jeunes diplômés est plutôt rapide. Au moment de l’enquête, 66 % des assistants de vie diplômés en 2016 sont en emploi tandis que 27 % sont en recherche d’emploi. 2,6 % suivent une formation ou ont repris leurs études et 4,3 % sont inactifs (sans emploi, ni à la recherche). 73 % ont trouvé un emploi moins d’un mois après leur formation.

Des emplois stables en CDI

Les deux tiers des assistants de vie interrogés sont en CDI. En revanche, il est important de noter que le temps partiel est fortement répandu même si près de 40 % déclarent que cette situation est choisie. Par ailleurs, il n’est pas rare que les assistants de vie cumulent plusieurs employeurs (11,7 %).

66 % des salariés se concentrent dans quatre départements du Grand-Est :

  • La Moselle (24,7 %)
  • Le Bas-Rhin (15,2 %)
  • Haut-Rhin (12,9 %)
  • Meurthe-et-Moselle (13,8 %).

92,8 % des assistants de vie diplômés en 2016 habitent et travaillent dans le même département.

Des diplômés satisfaits qui anticipent

90 % des assistants de vie sont satisfaits de leur formation. Les 10 % non satisfaits évoquent des problèmes liés au décalage entre la théorie et la pratique et le côté peu formateur et peu diversifié des stages.

Concernant leur emploi, 92 % affirment être satisfaits de l’emploi qu’ils occupent au moment de l’enquête. Les 8 % insatisfaits indiquent des difficultés concernant : les déplacements domicile-travail, les horaires décalés, la fatigue, l’absence de perspectives d’évolution de carrière et le temps partiel.

En ce qui concerne l’évolution de carrière, les assistants de vie diplômés en 2016 sont 46 % à envisager une mobilité professionnelle dans les trois années à venir et 6,1 % un projet de perfectionnement. Les mobilités considérées visent principalement le secteur médicosocial (aide-soignant).


En savoir plus

Fiches métiers

Etude Oref Alsace

  • L’insertion professionnelle des assistants de vie PDF

Cet article vous a-t-il été utile ?