L’insertion des jeunes franciliens en 10 points clés 



Selon la Direccte, les jeunes sont particulièrement touchés par le chômage et rencontrent des difficultés à s’insérer dans la vie active. Toutefois, les jeunes franciliens tirent leur épingle du jeu par rapport à la moyenne nationale, notamment les plus diplômés.


1/ 1,6 millions de jeunes entre 16 et 25 ans résident en Ile-de-France (chiffres Insee)

2/ La moitié des jeunes travaillent

16 % complètent leur formation par une activité professionnelle (job étudiant, alternance, …). Cette catégorie de jeune qui alterne entre vie scolaire et travail a augmenté de 14 % depuis 2007.

3/ Un chômage deux fois plus élevé

Les jeunes franciliens de 16 à 25 ans ont un taux de chômage deux fois plus élevé que celui des actifs franciliens tous âges confondus.

4/ 1 jeune actif sur 5 occupe un emploi aidé

25 000 franciliens ont été embauchés en emplois d’avenir entre 2012 et 2015.
52 000 contrats uniques d’insertion ont été conclus avec des personnes de moins de 26 ans entre 2009 et 2015.

5/ Un quart des jeunes actifs en situation précaire

Un quart des jeunes actifs franciliens en emploi exerçant une activité est en situation précaire, c’est-à-dire en contrat à durée déterminée ou en intérim (hors apprenti et étudiant).
La Direccte indique que « Un tiers sont en emploi à durée déterminée, en stage ou en intérim alors que cela concerne 8 % des actifs en emploi de plus de 25 ans ».

6/ Les franciliens (un peu) mieux armés contre le chômage.

9,2 % des jeunes franciliens sont au chômage contre 11,9 % (moyenne nationale).
51,1 % des jeunes franciliens sont étudiants contre 48,6 % (moyenne nationale).
Les jeunes franciliens sont plus nombreux à poursuivre leurs études : leur situation est moins précaire que les jeunes des autres régions.

7/ La Seine-et-Marne : le département le plus touché par le chômage des jeunes

La Seine-et-Marne concentre la part de jeunes chômeurs la plus élevée avec 13,8 %. A contrario, Paris rassemble le moins de jeunes chômeurs avec 6 %.

8/ Plus un jeune a un diplôme élevé et plus il a de chance de trouver un emploi

Comme l’indique la Dirrecte « le niveau de qualification est un facteur primordial dans la situation des jeunes sur le marché du travail En décembre 2016, 19 % des jeunes inscrits àPôle emploi en catégorie ABC sont sans qualification et 25 % ont un niveau BEP ou CAP. »

9/ 180 000 jeunes suivis en missions locales

Les jeunes ne sont pas seuls pour s’insérer durablement dans la vie active puisque les pouvoirs publics ont mis en place différentes aides. Les missions locales de la Région ont suivi 180 000 jeunes et 40 000 sont entrés dans un dispositif d’accompagnement (garantie jeunes, projet personnalisé d’accès à l’emploi, …)

10/ 44 % des jeunes demandeurs d’emploi vivent dans les quartiers prioritaires

« En 2015, 23 % des contrats uniques d’insertion (CUI) passés avec des bénéficiaires de moins de 26 ans et 32 % des emplois d’avenir concernent des résidents de quartiers prioritaires. »
La Direccte indique que les aides visent majoritairement les jeunes de quartiers prioritaires. Selon Pôle emploi, 44 % des jeunes demandeurs d’emploi résident en quartiers prioritaires.


En savoir plus

Consulter la synthèse d’étude complète sur le site de la Direccte Ile-de-France

Cet article vous a-t-il été utile ?