Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 le numéro de l'Orientation pour tous. (Service gratuit)

conservateur(trice) du patrimoine

Transmettre aux générations futures ce que nous ont légué nos ancêtres, telle est la mission du conservateur du patrimoine. Il étudie, classe, conserve, entretient et met en valeur oeuvres d'art, monuments historiques, archives...

Nature du travail

L'archéologie

Concilier la préservation des sites archéologiques et le maintien de l'activité économique est au coeur de la mission du conservateur en archéologie. Avant d'autoriser la réalisation de grands travaux d'aménagement, il décide d'autoriser ou non des fouilles préventives.

Les archives

Trois missions concernent le conservateur des archives : collecter de nouveaux documents publics ou privés ; les conserver après les avoir triés et classés ; enfin, les mettre à la disposition du public.

Les musées, l'inventaire

Le conservateur de musée et du patrimoine scientifique, technique et naturel (PSTN) conserve, étudie, enrichit, met en valeur les collections dont il a la responsabilité. Celui de l'inventaire recense, étudie et fait connaître tout le patrimoine artistique national au sens large : châteaux, églises mais aussi fermes ou usines...

Les monuments historiques

Le conservateur des monuments historiques se consacre aux monuments déjà classés ou inscrits. Il suit, à l'échelle d'une région, la protection, la restauration et la mise en valeur des monuments historiques, de leurs objets et mobiliers.

Compétences requises

Expert en arts

Pour être conservateur, il faut acquérir de solides connaissances en histoire, histoire de l'art, archéologie, ethnologie ou sciences de la nature... et bien connaître les oeuvres d'art, le fonctionnement d'un musée, d'un chantier de fouilles... La maîtrise des langues étrangères est également requise.

Manager avisé...

Si les compétences scientifiques du conservateur du patrimoine doivent le faire reconnaître au niveau national et même international, ses capacités en gestion lui permettront de mettre en valeur le patrimoine qui lui est confié. Manager, administrateur et gestionnaire, il doit remplir toutes ces missions.

... et diplomate

Dans son travail, le conservateur est amené à dialoguer avec de nombreux acteurs de la vie locale et professionnelle : partenaires administratifs et techniques, politiques, associatifs, professionnels... La connaissance de ces différents milieux lui facilite le dialogue et les négociations.

Lieux d'exercice et statuts

Trois statuts

Un conservateur du patrimoine travaille pour l'État, les collectivités territoriales ou la ville de Paris, selon l'orientation et la spécialité choisies en entrant à l'Institut national du patrimoine (INP).

Fonctionnaire d'État

Une fois titularisé, le conservateur de l'État peut être nommé au ministère de la Culture (Direction des musées de France, des archives de France ou de l'architecture et du patrimoine), au ministère des Affaires étrangères (Direction des archives et de la documentation) ou au ministère de la Défense (états-majors et Direction de la mémoire, des archives et du patrimoine).

Fonctionnaire territorial

À l'issue de sa formation, le fonctionnaire territorial est inscrit sur une liste d'aptitude pendant 1 an (renouvelable 2 fois). Il doit alors entrer en contact avec des collectivités qui ont déclaré des emplois vacants et poser lui-même sa candidature.

À la ville de Paris

Le conservateur de la ville de Paris est affecté dans un des établissements relevant de cette collectivité.

Carrière et salaire

Des places... rares

Pour devenir conservateur du patrimoine, il faut réussir un concours très sélectif. En 2006, le taux de réussite avoisinait les 3 % ! Près de 1 200 candidats inscrits aux concours externes (hors archives) pour... 31 places. Et seulement 47 candidats inscrits au concours intene pour... 4 postes.

Le musée en tête

La spécialité musée est de loin celle qui offre le plus de places. À elle seule, elle réunissait la moitié de la promotion 2006 et 35 % de celle de 2007. La spécialité archives arrive en seconde position avec 5 postes sur 40 en 2006 et 11 sur 40 en 2007.

Davantage de postes en territorial

Avec la délégation de certaines missions patrimoniales aux régions, les postes en territorial se font plus nombreux. En 2007, 25 ont été ouverts en territorial contre 20 pour l'État et la ville de Paris.

Salaire du débutant

1920 euros brut par mois.

Accès au métier

Après un concours très sélectif, les étudiants y suivent une formation de 18 mois avant de devenir fonctionnaires.

Niveau bac + 5

  • Diplôme de l'INP : accès au concours avec un bac + 3 minimum, si possible en double cursus ;
  • Diplôme de l'école du Louvre pour les spécialités archéologie, archives (candidats issus de l'École nationale des chartes ou internes), inventaire, monuments historiques (concours État seulement), musées, patrimoine scientifique, technique et naturel (concours territorial seulement) ;
  • Diplôme de l'École nationale des chartes (pour la spécialité archives) ;
  • Master d'histoire et/ou d'histoire de l'art.

Témoignages

Estelle, conservatrice du patrimoine

Faire connaître son musée

Actuellement, je développe un projet de valorisation du fonds beaux-arts qui est en réserve. On a sélectionné des tableaux, commandé des restaurations... Cela nous a permis de faire tourner les oeuvres. On vient ainsi de faire partir en Asie un tableau de Charles Landelle. Le Japon voulait à tout prix qu'on leur prête une toile orientaliste de ce peintre lavalois. Pour nous, c'est une très belle opportunité parce que cela contribue à faire connaître notre musée.

Pour découvrir le contenu de ces formations, www.onisep.fr

Découvrir d’autres métiers en vidéo