Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 le numéro de l'Orientation pour tous. (Service gratuit)

garçon de café

Souvent vêtu d'une tenue noire et blanche, souriant et aimable, le garçon de café évolue entre les tables pour venir déposer devant le client le plat commandé un instant plus tôt.

Nature du travail

Prendre les commandes

Dans les petits restaurants, le garçon de café accueille lui-même les clients et les installe. Après leur avoir présenté la carte et le plat du jour, il prend leur commande. Il peut alors répondre à leurs éventuelles questions sur la composition des plats.

Veiller au confort du client

Dès que le plat est prêt, le garçon de café le sert au client. Si besoin, il peut découper une viande, procéder au flambage d'un dessert, déboucher une bouteille... Un oeil sur chaque table, il surveille la progression du repas pour savoir à quel moment précis ajouter une corbeille de pain, apporter le plat suivant ou desservir... Le service achevé, il peut être amené à établir la note et encaisser l'addition.

Compétences requises

Aimable et discret

À l'écoute des clients, le garçon de café doit faire preuve de qualités relationnelles indispensables pour fidéliser la clientèle. Il sait se montrer discret quand il le faut. Observateur et réactif, il reste à l'affût des nouveaux arrivants et des demandes des clients.

En bonne condition physique

Ce professionnel doit aussi avoir une bonne résistance physique, car il travaille debout de nombreuses heures d'affilée. Il assure, de plus, des horaires irréguliers et difficiles, le week-end et tard le soir.

Polyglotte apprécié

Dans les endroits très touristiques, parler couramment l'anglais et posséder quelques notions dans d'autres langues étrangères est souvent très apprécié des employeurs.

Lieux d'exercice et statuts

Du restaurant au bar à la mode

Le garçon de café travaille dans un café, une brasserie, une cafétéria, un bar à la mode... Selon le type d'établissement qui l'emploie, il porte ou non un uniforme, notamment dans les brasseries traditionnelles.

Une forte amplitude horaire

Alternant périodes creuses et « coups de feu » (activité intensive), son rythme de travail varie beaucoup au cours de la journée. Ses horaires s'adaptent à ceux de la clientèle et l'obligent à travailler le week-end et les jours fériés.

Dans certains établissements, il peut bénéficier de jours de repos consécutifs... mais ce n'est pas la règle partout !

Carrière et salaire

Des offres d'emploi nombreuses

Les emplois sont très nombreux, notamment dans les grandes villes, mais les brasseries et autres cafétérias ont du mal à recruter. Le garçon de café, diplômé ou autodidacte, trouve donc facilement une place, excepté dans les zones rurales où beaucoup d'établissements finissent par fermer.

Évolution dans les restaurants

Le garçon de café, s'il est diplômé, peut évoluer dans un restaurant. Il pourra envisager une évolution de carrière relativement rapide. Après quelques années d'expérience, il pourra devenir responsable de salle, puis chef de rang, voire maître d'hôtel.

Salaire du débutant

Smic (sur une base de 35 heures) auquel s'ajoutent les pourboires.

Accès au métier

et d'apprendre grâce à la pratique, avec une formation générale de niveau brevet ou bac. Un CAP est néanmoins recommandé pour être directement opérationnel.

Après la 3e

  • CAP services en brasserie-café
  • CAP restaurant
  • MC employé barman
  • MC sommellerie

Niveau bac

  • Bac pro commercialisation et services en restauration

Témoignages

Koulabli, garçon de café

au Café des Ducs, à Annecy (74)

Toujours au taquet !

Même pressé, il faut rester aimable. S'il y a beaucoup de monde, on ne sait plus où donner de la tête, mais ce n'est pas grave. Il faut savoir faire la part des choses. Laisser à la porte ses soucis personnels. Le but est de mettre le client à l'aise. L'heure du repas est pour lui un moment de détente. Ce qui est important pour moi, c'est de bien commencer la journée. Le matin, on boit un café tous ensemble. Ensuite, on s'organise. Une bonne mise en place (préparation des couverts, des tables...), c'est la moitié du service réussie. Il faut aussi avoir une certaine complicité avec les cuisiniers pour pouvoir aider le client à choisir sur la carte. On n'est pas seulement des « porte-assiettes ». Le service, c'est un peu comme au théâtre : les serveurs sont sur la scène, et les cuisiniers, en coulisses.

Pour découvrir le contenu de ces formations, www.onisep.fr

Découvrir d’autres métiers en vidéo