Accueil - Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 - le numéro de l'Orientation pour tous (service gratuit) - coût de l'appel 0,06 euros en moyenne

gardien(ne) de police municipale

Sur le terrain, le gardien de police municipale assure la sûreté publique, veille à l'application des arrêtés municipaux, dresse éventuellement des procès-verbaux, relève certaines infractions au Code de la route...

Nature du travail

Gérer le quotidien d'une ville

Au quotidien et sous l'autorité du maire, le gardien de police municipale assure des missions de médiation et de prévention de la délinquance, de surveillance des quartiers et des lieux publics, de régulation du stationnement, de gestion des foules lors de manifestations... Il gère aussi les objets trouvés, la capture des chiens errants, la mise en fourrière des véhicules abandonnés...

Assurer un rôle judiciaire

Doté de pouvoirs de police judiciaire, il peut constater des crimes et délits, verbaliser les infractions aux arrêtés du maire, au Code de la route (contrôles routiers, dépistages d'alcoolémie...), à l'environnement (propreté des rues, affichage sauvage...), aux nuisances sonores... Ces actions viennent en appui aux autres acteurs de la lutte contre l'insécurité que sont les gendarmes et les policiers nationaux.

Compétences requises

Sens relationnel et discrétion

En contact permanent avec les habitants de la ville, le gardien de police municipale sait écouter, dialoguer et informer. Lorsqu'il a affaire à des populations spécifiques (mineurs, gens du voyage, SDF...), il doit faire preuve de réelles capacités d'adaptation. La discrétion fait aussi partie intégrante de son métier.

Disponibilité et sang-froid

Très souvent dehors, quel que soit le temps, le gardien de police municipale doit posséder une bonne condition physique. Amené à travailler la nuit et le week-end, il doit se montrer disponible. On exige également de lui une bonne maîtrise de soi... car il doit souvent intervenir dans les situations conflictuelles.

Lieux d'exercice et statuts

Sur le terrain

À pied, en vélo ou en voiture, toujours en uniforme et en équipe, le gardien de police municipale est toujours au contact de la population.Il sillonne les rues, les marchés, les quartiers sensibles, surveille les abords des écoles, se rend dans les manifestations sportives et culturelles organisées par la ville. Il est aussi à l'écoute des besoins des citoyens. Il leur porte assistance, établit des mains courantes en cas de plainte et traite tout dysfonctionnement.

Dans un bureau

S'il est souvent à l'extérieur, le gardien de police municipale doit aussi rédiger et transmettre de nombreux documents : rapports d'activité, comptes rendus des missions d'îlotage et de prévention, tenue des registres du suivi des affaires, enregistrement et transmission des procès-verbaux et amendes... Lors de permanences, il accueille le public et l'oriente vers les services compétents.

Carrière et salaire

Vie professionnelle

Des postes en nombre variable

On dénombrait 21 000 policiers municipaux en 2011. Les postes offerts dans les centres de gestion de la fonction publique territoriale varient d'une année sur l'autre.

Devenir brigadier

Après 2 ans de services effectifs, le gardien de police municipale peut devenir, 4 ans plus tard, brigadier. Au fil des ans, il peut ensuite accéder au grade de brigadier-chef principal.

Salaire du débutant

Smic.

Accès au métier

Après réussite au concours, le candidat s'inscrit sur une liste d'aptitude (qui permet aussi aux collectivités de recruter des fonctionnaires de police municipale) et se met à la recherche d'un poste. Il dispose alors de 3 ans pour le trouver.

  • Après la 3e
  • Concours de gardien de police municipale

Témoignages

Isabelle, gardienne de police municipale

, Grenoble (38)

Priorité à la prévention

J'assure aussi bien des missions de sécurité publique que des missions de prévention. Par exemple, je travaille beaucoup avec le journal local communal dans lequel je rappelle les règles. C'est seulement quand je ne parviens pas à faire cesser une infraction que je verbalise. Mais en ayant beaucoup travaillé dans le préventif avant, je me sens plus libre dans ma tête quand j'en arrive à la contrainte, simplement parce que j'ai fait toute une série d'actions avant. Du coup je suis davantage dans l'explication, la communication, que dans la force.

Pour découvrir le contenu de ces formations, www.onisep.fr

Découvrir d’autres métiers en vidéo