Etre assistant-e maternel-le chez soi ou en Maison d’Assistantes Maternelles



L’assistant-e maternel-le est responsable des enfants qui lui sont confiés durant l’absence des parents. Cela signifie qu’il-elle répond aux besoins fondamentaux des petits : sécurité, affection, développement éducatif. Plusieurs trajectoires permettent d’exercer ce métier. Avec ou sans étude, l’assistant-e maternel-le doit, dans tous les cas, faire une demande d’agrément auprès de l’Hôtel du département de sa résidence. Cette demande d’agrément permet de faire une formation de 120 heures.


Le métier d’assistant maternel en bref

Le métier d’assistant-e maternel-le repose sur quatre piliers :

  • La sécurité de l’enfant
  • Le respect de son équilibre
  • L’affection
  • Le développement éducatif.
    Autrement dit, les journées s’organisent autour de la toilette, des repas, du repos et des activités qui sont variées.
    En dehors de l’attention portée aux petits, il est aussi nécessaire d’avoir un bon contact avec les parents auxquels les informations sont transmises.
    En résumé, il faut être mature et développer un bon sens de l’adaptation.

Plusieurs façons d’exercer ce métier : à domicile ou à l’extérieur

90 % des assistant-es maternel-les sont indépendants. Cela signifie qu’ils négocient les horaires et le salaire. Pour un débutant, le salaire minimum d’un assistant maternel agréé s’élève à 2.72 € brut et 2.09 € net. Par jour, le plafond est fixé à 48.35 € brut et 37.08 € net.

A cela peuvent s’ajouter des indemnités de repas si l’assistant-e maternel-le fournit le repas. Des indemnités kilométriques peuvent aussi être à valoriser si l’employeur demande d’utiliser le véhicule de l’assistant-e maternel-le pour transporter son enfant.

Si la personne exerce à domicile, cela signifie que l’enfant est gardé chez les parents ou chez elle. Si c’est chez elle – ce qui est le plus fréquent - le domicile doit respecter tous les critères de sécurité vis-à-vis des escaliers, des prises électriques, des produits d’entretien, par exemple. Le nombre d’enfants accueillis est en général d’1 à 2 enfants – le maximum étant 4 enfants.

Dans une maison d’assistantes maternelles, le nombre maximal d’enfants est de 4.
Le métier peut aussi s’exercer en crèche familiale, auprès d’une mairie ou au sein d’une grande entreprise. Ces dernières en recrutent de plus en plus.
Vu les besoins de place en crèche, il existe de fortes perspectives d’emploi dans ce domaine.

Comment recevoir l’agrément ?

L’agrément est différent selon le lieu d’exercice : à domicile ou dans une maison d’assistantes maternelles.
Il dure 5 ans et est renouvelable. Il est à demander auprès de l’Hôtel du département ou de la PMI du lieu de résidence.

Les conseils généraux organisent régulièrement des réunions d’informations sur ce métier.

Plusieurs conditions sont à remplir pour le recevoir :

  • Avoir la nationalité française ou être ressortissant de l’Union Européenne ou titulaire d’un titre de séjour en cours de validité autorisant l’exercice d’une activité professionnelle
  • Ne pas avoir fait l’objet de condamnation pénale incompatible avec l’exercice de la profession
  • Passer un examen médical assurant que l’état de santé permet d’accueillir des enfants
  • Présenter des conditions d’accueil garantissant la sécurité, la santé et l’épanouissement des enfants.

Même si ce n’est pas indiqué, il est nécessaire d’avoir son propre logement et de maîtriser le français oral.

Le formulaire Cerfa n°13 394*04 est à compléter, avec les pièces justificatives et à envoyer à l’Hôtel du Département ou en Centre de Protection maternelle et infantile (PMI).
L’instruction du dossier se déroule dans un délai de 3 mois :

  • Etude du dossier de demande
  • Entretiens
  • Visites à domicile ou de la maison d’assistantes maternelles.

Si l’accord est donné, une attestation d’agrément est délivrée.
En cas de refus, les motifs et les possibilités de recours sont précisés.

Les études sont-elles obligatoires ?

L’agrément en tant qu’assistant-e maternel-le permet de suivre une formation.
Pour y accéder, aucun niveau d’études n’est demandé.

La formation se déroule en deux temps :

  • Une fois agréé, une formation de 60h sur l’accueil des premiers enfants
  • En cours d’emploi, une autre formation de 60h.

Elle porte sur la nutrition, le sommeil, l’hygiène et la toilette, les relations avec les enfants et leurs parents, le secourisme du petit enfant.
Elle est financée par le département.
Les titulaires du CAP Accompagnement Educatif Petite Enfance du Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Puériculture sont dispensés de cette formation.

Mai 2017


En savoir plus

Cet article vous a-t-il été utile ?