L’emploi dans l’Economie Sociale et Solidaire continue de progresser



L’Economie Sociale et Solidaire est organisé en 70 métiers répartis en 12 branches et secteurs. Malgré la crise de 2008, la progression n’a pas faibli. Vu les projections de départs à la retraite d’ici à 2025, le secteur a de beaux jours devant lui.

Cette thématique est aussi l’occasion de présenter un dossier spécial sur la région Auvergne-Rhône-Alpes réalisé par le Pôle Rhône-Alpes de l’Orientation.


L’ESS en chiffres

  • 221 325 établissements
  • 2,37 millions de salariés
  • 10,5 % emploi en France

Qu’est-ce que l’économie sociale et solidaire ?

L’économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d’entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale.

Ces entreprises adoptent des modes de gestion démocratiques et participatifs. Elles encadrent strictement l’utilisation des bénéfices qu’elles réalisent : le profit individuel est proscrit et les résultats sont réinvestis. Leurs ressources financières sont en général partiellement publiques.

Globalement, nous pouvons avancer que l’économie sociale se définit essentiellement par ses statuts. L’économie solidaire, quant à elle, se définit davantage par ses finalités dirigées vers l’intérêt général ou la recherche d’utilité sociale : insertion, lien social, commerce équitable, par exemple.

Or ces services et ces pratiques sont souvent réalisés par des associations, mutuelles, coopératives ou fondations. Par conséquent, l’association des deux termes est courante.

Depuis 2014, elles sont reconnues par une loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire.

12 branches pour une pluralité de métiers

Le Guide des 70 métiers clés de l’ESS présente ces métiers au sein de 12 branches et secteurs professionnels :

  • Branche des acteurs du lien social et familial
  • Branche de l’aide, de l’accompagnement, des soins et services à domicile
  • Branche de l’animation
  • Branches des foyers, résidences sociales et services pour jeunes
  • Branche du logement social PACT
  • Branche des missions locales et PAIO
  • Branche de la mutualité
  • Branche de la radiodiffusion
  • Branche des Régies de quartier
  • Secteur des sociétés coopératives et participatives
  • Branche du sport
  • Branche du tourisme social et familial.

Concernant les différentes branches, ce guide décrit les domaines d’activité, indique les effectifs de salariés, énumère les principaux métiers. Il précise l’organisation d’employeurs et la convention collective nationale relative à la branche.

Pour chacune d’entre elles, il présente les principaux métiers : activité principale, missions, conditions de travail, compétences, diplômes requis, niveau de rémunération et évolution professionnelle.

Les diplômes relatifs aux principales filières sont présentés : intitulé de la formation, niveau et durée.

Depuis 2000, l’emploi dans l’économie sociale et solidaire progresse

Les secteurs de l’ESS ont globalement moins souffert de la crise financière et économique débutée en 2008.

Entre 2008 et 2013, l’ESS est même restée créatrice d’emplois.

Entre 2000 et 2015, l’emploi dans l’économie sociale a progressé de 26%.

En termes d’emplois, l’économie sociale représente plus de 20 % de l’emploi privé dans sept départements, dont la Creuse où les mutuelles et les fondations occupent une place importante.

Plus précisément, la branche de l’action sociale est le premier secteur de l’ESS en volume d’emplois.

Dans l’immédiat, les métiers prioritaires sur lesquels les entreprises recruteraient le plus sont les suivants :

  • Animateur socio-culturel, sportif, périscolaire, animateur technicien, professeur
  • Personnel administratif
  • Educateur sportif, sportif professionnel
  • Chargé de projets, développement local
  • Intervenant à domicile (employé ou agent)
  • Conseiller emploi, insertion, formation
  • Auxiliaire de petite enfance, assistant maternel
  • Agent de nettoyage
  • Jardinier, entretien des espaces verts
  • Cadre administratif, gestion, comptabilité.

D’ici à 2025, trois branches seront surtout pourvoyeuses d’emploi

Le départ à la retraite de plus de 700 000 personnes d’ici à 2025 - 30.1 % du secteur - permet d’envisager des opportunités d’emploi. Dans ce secteur, les jeunes peuvent trouver très rapidement une responsabilité de projet. Dans le médico-social et l’insertion particulièrement, d’importants besoins permettent des embauches peu qualifiées.

Dans le secteur de l’action sociale, l’aide à domicile, en volume et en proportion de salariés de plus de 50 ans, est le domaine le plus impacté par les départs à la retraite. L’accueil d’enfants et d’adolescents, l’accueil d’adultes handicapés ou de personnes âgées, l’accueil de jeunes enfants arrivent ensuite.

L’enseignement est le deuxième secteur de l’ESS en termes d’emploi qui est aussi le deuxième le plus impacté par les départs à la retraite. A l’exception de l’enseignement culturel et de l’enseignement de disciplines sportives, tous les autres secteurs sont concernés par de massifs départs à la retraite : formation, enseignement primaire, secondaire et supérieur.

La santé est le quatrième secteur de l’ESS en termes d’emploi mais le troisième pour les départs à la retraite. Il devrait donc promettre d’importants recrutements.

Les formations dans l’ESS : du bac+2 au bac+5

Il est possible de se former à l’ESS à tous les niveaux. Les étudiants ont accès à des cursus allant du Bac +2 au Bac +5, qui peuvent se dérouler à 100 % en école, université ou bien en alternance. Ces cursus donnent accès à des secteurs d’activités diversifiés : des services de proximité à l’action sociale, en passant par le développement durable ou encore le commerce équitable.

Les salariés, les personnes en recherche d’emploi et tout individu ayant mis un terme à sa formation initiale, peuvent obtenir une certification par la voie de la validation des acquis de l’expérience (VAE) ou par la formation continue.

L’Atelier, Centre de ressources régional de l’Économie sociale et solidaire, actualise un Répertoire national des formations en économie sociale et solidaire à travers toute la France.

D’autres formations s’adressent à des dirigeants, des porteurs de projet ou des managers qui souhaitent développer leurs compétences. C’est l’objet de l’Ecole de l’entrepreneuriat en économie sociale et solidaire. Des ateliers de ce type sont accessibles dans de nombreux autres centres de formation partout en France.

Focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L’emploi dans l’ESS évolue positivement de façon régulière en Auvergne-Rhône-Alpes. En cinq ans, il a augmenté d’environ 3 % alors que l’emploi privé enregistrait une progression de 0,6 % en Rhône-Alpes et une baisse de 1 % en Auvergne.


Sources

Pour en savoir plus :

Cet article vous a-t-il été utile ?