L’emploi et la formation dans le secteur transport-logistique



En 2014, le secteur transport-logistique comptait environ 1 200 000 salariés.
Porté par la mondialisation des échanges, la croissance du e-commerce, le secteur continue de se développer.


JPEG - 152.1 ko

Contexte général

Le secteur regroupe les métiers :

  • de la logistique ;
  • de la manutention ; de la conduite de véhicules ;
  • du transport routier (fret et passagers) ;
  • du transport ferroviaire (fret et passagers) ;
  • du transport aérien (fret et passagers) ;
  • du transport fluvial, maritime (fret et passagers).

Depuis longtemps, ouvert à des profils peu qualifiés, le secteur connaît une hausse du niveau de qualification. Les métiers proposés y sont très divers et regroupent notamment :

  • des manutentionnaires,
  • des conducteurs routiers de voyageurs ou de marchandises,
  • des convoyeurs de fonds,
  • des ambulanciers,
  • des agents administratifs,
  • des commerciaux…

Avec près de 500 000 salariés, la route est le mode de transport qui emploie le plus. Les deux tiers sont des conducteurs routiers. Avec le développement des transports en commun, de plus en plus d’opportunités d’emplois sont offertes dans les métiers du transport de voyageurs.

Dans le secteur de la logistique, la plupart des grandes entreprises industrielles ou commerciales ont leur propre service de logistique pour acheminer les matières premières, gérer les flux, les stocks. 80 000 personnes environ travaillent dans ce secteur.

Évolution et perspectives des emplois et des métiers

Selon le dernier rapport de l’OPTL (Observatoire Prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique) portant sur le transport routier et la logistique, les offres d’emploi déposées auprès de Pôle emploi ont augmenté de 5 % en 2014 alors qu’elles étaient en baisse depuis plusieurs années. Ces annonces portaient surtout sur des métiers spécifiques du transport routier et de la logistique et 53 % d’entre elles étaient des CDI.

Dans tout le secteur transport-logistique, dans les années à venir, la croissance du nombre de postes à pourvoir devrait être plus élevée pour les métiers les plus qualifiés tels que les cadres des transports, de la logistique et navigants de l’aviation.

L’automatisation et l’informatisation des processus de production a entraîné une baisse des perspectives d’emplois pour les ouvriers peu qualifiés de la manutention. A contrario, les avancées technologiques et les innovations devraient avoir un effet positif sur les emplois qualifiés notamment dans le secteur du transport routier de marchandises qui devrait voir aussi son activité s’accroître en raison du gain d’efficacité énergétique induits par ces innovations. Outre un besoin nouveau de compétences numériques, la croissance de relation de service va entraîner une demande de compétences relationnelles.

Formation

Le secteur offre de nombreux emplois du niveau BEP/CAP à bac + 5.

Les jeunes ont largement bénéficié d’une vague de recrutements en 2014. Chez les ouvriers qualifiés et peu qualifiés de la manutention ainsi que chez les conducteurs de véhicules, la part des non-diplômés reste importante.

Notons, comme vu précédemment, que le niveau de qualification a augmenté. Par exemple, les conducteurs routiers doivent maintenant suivre des formations de conduite et de sécurité obligatoires, une formation initiale FIMO et une formation continue obligatoire de sécurité (FCOS) tous les 5 ans. Chez les agents administratifs et commerciaux des transports, le niveau des diplômes augmente. En 25 ans, la part des titulaires bac + 2 est passée de 13 à 36 %.

Le secteur de la logistique recrute de jeunes diplômés. Les diplômés bac + 2/+ 3 sont recherchés pour gérer les transports de marchandises. Les entreprises recherchent aussi des cadres issus des écoles d’ingénieurs, de commerce pour élaborer les procédures.

Pour plus d’informations concernant les métiers et les formations, vous pouvez consulter la rubrique du site pôle emploi : « Tous les chemins mènent au secteur du transport »

Ou la fiche secteur de l’ONISEP « Logistique et transport : des métiers de haute technicité, respectueux de l’environnement »

L’apprentissage permet aux jeunes de trouver rapidement un emploi après leur formation. 6 mois après leur sortie des centres de formation, 77 % travaillent en entreprise et la plupart en CDI.

Leader européen de la formation dans ce secteur, l’AFTRAL met à disposition un site qui promeut les métiers auprès des jeunes

Recrutement

JPEG - 192.3 ko

Selon l’enquête « Besoin en main-d’œuvre » (BMO) 2014, on note que les difficultés de recrutement se portent sur les postes de conducteurs de transport en commun sur route et de conducteurs de taxi et d’ambulance. Le secteur des transports de voyageurs peine donc à recruter de jeunes conducteurs. Les entreprises, les agences du secteur recherchent aussi des profils cadres parlant plusieurs langues étrangères (responsable de sites, d’exploitation...).

La SNCF et la RATP comptent respectivement 250 000 et 50 000 salariés et recrutent chaque année tous types de profils et de niveaux de qualification.

La SNCF recrute chaque année près de 5 000 personnes, sur une grande variété de métiers et de profils, (conduite ou maintenance des trains, maintenance du réseau ferré, commerciaux en gare ou en boutique, agents d’escale en gare, contrôleurs…). Source Pôle emploi
De plus, elle propose également environs 3 000 nouveaux contrats de formation en alternance, pour préparer des diplômes reconnus par l’Etat allant du bac pro à bac + 5, sur toutes les spécialités.

La RATP recrutera 3 000 nouveaux salariés en 2016 dont 1 500 conducteurs et conductrices de bus, 300 agents de stations et gares, 150 conducteurs et conductrices de métro… De plus, elle recrutera également 360 encadrants, dont 180 ingénieurs dans des domaines variés que sont le développement, l’ingénierie, les projets, l’exploitation, le commercial, la maintenance, sur des profils bac +2 à bac +5 et 850 contrats aidés. Source RATP

Zoom : l’emploi des femmes dans le secteur transports-logistique

Depuis les années 80, dans le secteur transport-logistique, la part des femmes a fortement progressé, notamment chez les cadres où elle a doublé. Cependant, ce secteur reste très majoritairement masculin, les femmes ne représentaient que 19 % des effectifs en 2014.

Dans les métiers de la conduite, par exemple, elles n’occupent que 10 % des postes et 39 % d’entre elles travaillent dans le transport de personnes. Elles occupent majoritairement des emplois d’agents administratifs, commerciaux (notamment dans l’accompagnement des voyageurs, la vente en agences de voyages).

Depuis quelques années, on note un effort de féminisation dans certaines entreprises. Pour accélérer cette féminisation, l’OPCA Transports, Pôle emploi et huit fédérations professionnelles représentant la branche transport urbain, voyageurs, marchandises et maritime ont signé en 2014 un plan sectoriel pour une durée de trois ans qui vise à promouvoir la place des femmes dans les entreprises et la mixité des métiers dans les transports.
Les partenaires se sont engagés à intervenir dans des établissements scolaires et universitaires pour agir dès l’orientation des jeunes filles, à accompagner et outiller les entreprises pour l’intégration des femmes dans leurs effectifs, et à veiller au respect de l’égalité en matière de politique salariale et de promotion.

Synthèse réalisée par Centre Inffo – mars 2016


Sources :

Cet article vous a-t-il été utile ?