La filière éolienne est dans le vent



Première forme de production d’électricité développée en Europe, l’éolien est composé d’entreprises industrielles variées de par leur activité et leur taille. La plupart des régions françaises accueillent des emplois de la filière éolienne liés à l’étude, la fabrication de composants, l’installation sur site, la maintenance et l’exploitation. Quatre grandes familles de métiers ont le vent en poupe : chef de projet éolien, chaudronnier(ère), chef de chantier et technicien(ne) de maintenance.


L’éolien : un levier de création d’emplois

Le développement de la filière éolienne représente une part de plus en plus forte en matière de production d’électricité en Europe, avec 7,5 % en 2013 .

En 2014, la filière éolienne affichait une nette progression avec 12 520 emplois recensés au total, soit une augmentation de plus de 15.4 % par rapport à 2013.

Ce vivier d’emplois s’appuie sur un tissu industriel diversifié d’environ 750 sociétés — des petites structures aux grands groupes — et 1 700 établissements en France. Leurs activités sont diversifiées : de la fabrication de pièces au développement de projets et à l’exploitation de parcs éoliens, en passant par les travaux de génie électrique et de génie civil, le transport, le montage et la maintenance d’éoliennes.

Les capacités éoliennes sont réparties sur l’ensemble du territoire français, avec 850 parcs comptant plus de 4 900 éoliennes, implantés dans 12 des 13 nouvelles régions de France métropolitaine.

Cinq principaux bassins d’emplois éoliens

JPEG - 322.9 ko

Source : Analyse du marché, des emplois et du futur de l’éolien en France - Novembre 2015

  • Axe Nord-Est (régions Alsace/Champagne-Ardenne/Lorraine et Nord-Pas-de-Calais/Picardie) où existe un fort développement en termes de parcs.
  • Bassin parisien (Ile-de-France, une partie des régions Centre-Val de Loire et Normandie) qui regroupe une part importante des sièges sociaux.
  • Grand Ouest (Bretagne, Pays de la Loire et une partie de la région Aquitaine/Limousin/Poitou-Charentes) qui va bénéficier de la croissance des éoliennes offshore c’est-à-dire des éoliennes installées en mer.
  • Les régions Auvergne/Rhône-Alpes et Bourgogne/Franche-Comté qui intervient dans la fabrication de composants.
  • La Méditerranée (Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées), cœur historique de l’industrie éolienne.

Cinq régions des grands bassins d’emplois éoliens regroupent plus de 2/3 des emplois éoliens :

  • Ile-de-France
  • Pays de la Loire
  • Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées
  • Auvergne/Rhône-Alpes
  • Nord-Pas-de-Calais/Picardie.

D’autres régions telles que la Normandie verront leur total d’emplois éoliens augmenter avec le lancement des constructions de fermes offshore et le lancement d’autres énergies marines renouvelables.

En 2014, la France devenait le quatrième pays européen en termes d’installation de parcs éoliens, après l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Suède.

La filière éolienne terrestre

Cette filière s’est structurée en France depuis une quinzaine d’années et a généré une dizaine de milliers d’emploi (ADEME 2013).

Ces emplois sont liés aux activités d’études, à la fabrication de composants intégrés, à l’installation sur site, à la maintenance et à l’exploitation. Bientôt le démantèlement des sites devenus obsolètes devrait lui aussi se structurer et donner lieu à des créations d’emplois spécifiques.

Métiers de l’éolien

Chef de projet éolien
Il (elle) représente la fonction centrale pour le développement d’un parc éolien et intervient avant sa construction. Il n’existe pas encore de formation spécifique. Il (elle) est souvent issu(e) de formations diplômantes bac+5 d’une école d’ingénieurs généralistes ou spécialisé(e)s et/ou titulaires d’un master dans le domaine de l’énergie ou des énergies renouvelables.

Chaudronnier(ère)
Son métier consiste à travailler et transformer différents métaux ou alliages sous forme de tôle et à réaliser des équipements de grandes dimensions (cuve, moyeu ou arbre d’éolienne en petite ou grande série…). Par la formation initiale ou l’apprentissage, plusieurs diplômes mènent à différents niveaux de qualification :

  • CAP réalisation en chaudronnerie industrielle - Mention complémentaire soudage
  • Bac pro technicien en chaudronnerie industrielle
  • Bac pro technicien outilleur
  • BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle
  • BTS étude et réalisation d’outillages de mise en forme des matériaux

Chef de chantier
Il (elle) conduit la construction du parc éolien et assure le bon déroulement du chantier, conformément aux réglementations en vigueur en matière de sécurité. Il (elle) établit un cahier des charges pour chaque étape, sélectionne les sous-traitants au moyen d’appels d’offres et coordonne leurs interventions en fonction du planning prévisionnel. De formation bac+3/+5, il (elle) détient un diplôme de technicien supérieur spécialisé en génie civil ou travaux publics ou d’ingénieur.

Technicien (ne) de maintenance
Il (elle) effectue la planification et la réalisation des tâches de maintenance préventive et curative d’un parc éolien pour garantir une disponibilité et une production maximales des éoliennes. Les opérations de maintenance sont souvent accomplies par les constructeurs, en général pendant les premières années, ou par des prestataires extérieurs.

Outre le BTS maintenance des systèmes option éolien, une licence professionnelle chef d’opération maintenance en éolien offshore existe. Par ailleurs, des spécialités pour les ingénieur(e)s sont de plus en plus demandées et vont devoir se développer : acoustique, analyse du vent, expertise environnementale.

Disponibles sur notre site, les fiches métiers les plus proches sont les suivantes :

Enfin, la certification Technicien(ne) de maintenance de parcs éoliens permet de développer les compétences relatives à ce métier. Attention, celle-ci doit être habilitée par l’association allemande BZEE (BildungsZentrum für Erneuerbare Energien) qui confère une reconnaissance internationale par la profession mais qui est aussi recherchée par les employeurs en France.

Sans oublier la formation spécifique de « port du harnais et sécurité en éolien », qui doit être dispensée par un organisme de formation prestataire spécialisé. www.windlab.picardie.fr/

Synthèse réalisée par Centre Inffo, janvier 2016


Sources

Cet article vous a-t-il été utile ?