Synthèse - Intention d’embauches de cadres pour une entreprise sur deux



Dans le cadre de sa note de conjoncture du deuxième trimestre 2015, l’APEC a réalisé une étude sur les intentions d’embauche de cadres dans le secteur privée. Si la prudence reste de mise chez les recruteurs, certains secteurs comme l’informatique et la banque-assurance par exemple prévoient des recrutements à la hausse pour l’année 2015.


Les entreprises sont plus nombreuses à juger leur environnement économique en amélioration

Interrogées par l’APEC dans le cadre du baromètre trimestriel, les entreprises consultées sont un peu plus nombreuses à juger leur environnement économique en amélioration. Elles sont 22% à le penser cette année contre 18% l’année dernière. Cependant, pour la majorité d’entre elles, le statu quo l’emporte.

Les entreprises des activités informatiques sont les plus optimistes (32%), viennent ensuite celles du secteur de l’industrie (28%), et du conseil et des services aux entreprises (24%).

A contrario, 47% des entreprises de la construction déclarent que leur situation économique est plus défavorable qu’il y a un an.

Des recrutements de cadres stables pour les entreprises interrogées pour le baromètre trimestriel de l’APEC

La part des entreprises à avoir recruté au moins un cadre au cours du premier trimestre 2015 s’élève à 54%, soit une baisse de 1 point comparé au premier trimestre 2014. L’écart entre les prévisions et les réalisations de recrutement se resserre, alors que jusqu’à présent, la tendance était de recruter plus que ce qui était prévu le trimestre précédent.

Le premier motif d’embauche pour 46% des entreprises qui recrutent est le remplacement afin de pallier les départs, vient ensuite le développement de l’activité économique (27%).

Le premier motif évoqué par les entreprises qui n’ont pas recruté au premier trimestre est l’absence de départs.

Une entreprise sur deux envisage de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2015

La prudence reste de mise pour les prévisions de recrutement 2015 des entreprises interrogées. Seulement la moitié d’entre elles envisagent des recruter un cadre au cours du deuxième trimestre 2015, soit un point de moins par rapport à l’année dernière. Le degré de certitude de recrutement reste de 70% reste quasiment identique avec 70% des entreprises qui sont certaines de recruter.

JPEG - 90.1 ko

Baromètre de recrutement cadres

Industrie

L’emploi cadre dans le secteur de l’industrie est en très légère hausse par rapport à l’année dernière (+1 point en un an au premier semestre 2015).
Dans 57% des entreprises du secteur, un cadre aura été recruté au premier trimestre 2015. Les prévisions de recrutement sont elles aussi en hausse de 3 points par rapport à la même période de l’année dernière.

Construction

On constate une forte baisse de l’emploi cadre dans ce secteur. Seulement 33% des entreprises du secteur déclarent avoir recruté un cadre au premier trimestre 2015, soit 13 points de moins qu’au premier trimestre de l’année dernière.

Commerce et transports

38% des entreprises de ce secteur ont déclaré avoir recruté un cadre au premier trimestre 2015, soit une baisse de 5 points par rapport à l’année dernière à la même période. Seules 32% des entreprises interrogées envisagent de recruter un cadre au deuxième trimestre 2015.

Banque et assurance

On constate une hausse de 4 points par rapport au premier trimestre 2014, au-dessus des prévisions du trimestre précédent. Les prévisions de recrutement affichent pour le deuxième trimestre une baisse de 7 points par rapport à l’an passé.

Ingénierie et R&D

Dans ce secteur d’activité, les prévisions sont en nette hausse, soit 9 points par rapport au deuxième trimestre 2014. Les recrutements effectués au premier trimestre connaissent un léger retrait (-2 points).

Activités informatiques

Ce secteur connaît une légère baisse quant aux réalisations et aux prévisions de recrutement. La proportion des entreprises ayant recruté un cadre au cours d’un trimestre est la plus basse depuis 2010.

Conseil & Services aux entreprises

Un peu plus de la moitié des entreprises du secteur conseil et services aux entreprises ont recruté au moins un cadre au premier trimestre 2015. Les prévisions de recrutement sont en baisse pour le deuxième trimestre 2015, soit 3 points de moins par rapport au deuxième trimestre 2014.

Médico-social

Les réalisations de recrutements sont plus élevées par rapport aux prévisions du trimestre précédent. Au moins un cadre a été recruté dans une entreprise sur deux du secteur, soit 3 points de plus que l’année dernière à la même période. Toutefois, seules 39% des entreprises envisagent de recruter un cadre au deuxième trimestre, soit une baisse importante de 12 points par rapport à l’année 2014 à la même période.

Volume de recrutement

La proportion d’entreprises ayant recruté au moins un cadre au premier trimestre 2015 est quasi stable par rapport à la même période il y a un an (54 % contre 55 %). Parmi ces entreprises, 33 % indiquent que leurs recrutements sont plus nombreux, contre 24 % qui jugent qu’ils sont moins nombreux que l’an passé à la même période.

Par rapport au premier trimestre 2014, ces proportions sont en légères baisse. En effet, à cette époque, 34 % des entreprises indiquaient des volumes de recrutements en hausse et 27 % des volumes en baisse.

Plus de quatre entreprises sur dix estiment que leur volume d’embauches est stable.

La situation est toutefois hétérogène selon les secteurs d’activité.

JPEG - 73.1 ko

Explications avancées par les entreprises qui vont recruter

La première raison évoquée par les entreprises qui envisagent de recruter est le turnover ainsi que les départs à la retraite. 45% des entreprises interrogées effectuent donc des recrutements dans le cadre de remplacements. Ce chiffre était de 52% l’année dernière.

La part des embauches liées au développement de l’activité est de 31%, un chiffre stable par rapport à l’année dernière. La part des embauches en lien avec une réorganisation interne augmente de 6 points et représente 31% de la part des embauches.

Les secteurs banque et assurance et médico-social sont de loin les plus touchés par le turnover et les départs à la retraite qui représentent 60% des intentions de recrutement. Ce motif n’affecte que très peu le secteur des activités informatiques (4%) dont les principaux motifs d’embauche sont à 84% liés au développement de l’activité.
Les trois secteurs avec une part des recrutements liée à une réorganisation interne supérieure à la moyenne sont la construction (31 %), l’industrie (24 %) et le conseil et services aux entreprises (21 %).

Profils recherchés

Huit entreprises sur dix ayant l’intention de recruter des cadres au deuxième trimestre 2015 recherchent des profils avec plusieurs années d’expérience.

Par rapport à l’année dernière, la tendance est en légère baisse en ce qui concerne le recrutement de cadres expérimentés : la proportion d’entreprises qui envisagent de recruter des cadres de plus de vingt ans d’expérience baisse de 2 points en un an, le constat est le même pour les cadres de plus de dix à vingt ans d’expérience.

A contrario, les jeunes diplômés sont plus ciblés par les entreprises avec une hausse de 6 points par rapport à l’an dernier. 44% des entreprises se déclarent ouvertes à l’embauche de jeunes diplômés pour leurs recrutements de cadres.

Offres d’emploi

Évolution des offres par fonction

Le volume d’offres confiées à l’APEC représente plus de 200 000 offres d’emploi soit une augmentation de 12% par rapport au premier trimestre 2014. Une progression plutôt due aux pratiques de multidiffusion des offres des entreprises plutôt qu’à une amélioration du marché de l’emploi cadre.

Au premier trimestre 2015, la fonction commerciale (28% des offres) voit sa croissance ralentir, +4% en raison de la baisse de la demande concernant les fonctions de chargé d’affaires.

Le volume des offres en informatique (24% de l’ensemble des offres) progresse de 8%. Les hausses les plus importantes concernent l’informatique industrielle et l’informatique web, les sites et portails internet, respectivement +28 % et +19 %.

La fonction études et R&D est en progression par rapport au premier trimestre 2014 avec une hausse de 15% tous domaines confondus ; pour la fonction projets scientifiques et techniques l’augmentation et de 8% et de 28% pour le domaine test, essai, validation et expertise.

La fonction gestion, finance, administration (12 % des offres) est celle où la demande est la plus importante ce trimestre (+34%). Les domaines les plus demandés sont la comptabilité ainsi que le contrôle de gestion, (respectivement +42% et +36%).

Le volume des offres de la fonction services techniques (9% de l’ensemble des offres) a progressé de 13% au premier trimestre 2015.

Enquête de tension

Les candidatures

Au troisième trimestre 2014 une offre confiée à l’APEC attirait en moyenne 43 candidatures, un nombre en légère baisse en le comparant au troisième trimestre 2013 (46).

La fonction communication demeure la plus attractive avec 101 candidatures contre 103 un an auparavant.

Les fonctions support et la fonction commerciale marketing sont toujours aussi attractives en dépit d’une baisse importante par rapport l’année dernière.

Une offre en ressources humaines a reçu 65 candidatures en moyenne au troisième trimestre 2014 contre 72 un an plus tôt.

On constate une baisse significative en gestion-finance-administration avec seulement 49 candidatures par offre, contre 65 un an auparavant.

Les fonctions études-R&D et production industrielle-travaux et chantier enregistrent une hausse du nombre moyen de candidatures sur offre (de 33 à 39 candidats en études-R&D, de 36 à 41 candidats en production industrielle-travaux et chantier).

L’informatique est la fonction qui amène le moins de candidatures par offre avec une moyenne de 28, un niveau presque inchangé par rapport aux troisièmes trimestres 2013 et 2012.

Le taux de recrutement

Le taux de recrutements mesuré trois à six mois après la parution de l’offre est en hausse par rapport au troisième trimestre 2013 en passant de 70% à 73%. Soit le taux le plus élevé au troisième trimestre depuis 2011.

Les postes ouverts dans le cadre de remplacement sont les plus rapidement pourvus avec un taux de recrutements estimé à 78% quand il est de 67% pour les créations de poste.

En matière de créations de postes, la fonction études-R&D est la plus active. Toutefois, la part des créations de poste est en recul constant au troisième trimestre depuis 2012, signe d’une baisse des investissements des entreprises dans ces fonctions.

Pour ce troisième trimestre la fonction production industrielle-travaux et chantier atteint 67% de taux de recrutement, soit le taux le plus élevé depuis 2011 qui s’explique en partie par la hausse des candidatures sur offres.

Dans la fonction gestion-finance-administration, c’est la baisse des candidatures qui fait baisser le taux de recrutement à 79% contre 84% un plus tôt.

Les recrutements en cours et abandonnés

La stabilité est de mise dans la part des recrutements toujours en cours trois à six mois après la parution de l’offre par rapport au troisième trimestre 2013 (19%). La principale raison invoquée (67%) pour expliquer l’allongement des procédures de recrutement est un manque de candidatures adéquates.

Dans les fonctions études-R&D, production industrielle-travaux et chantier, commerciale marketing et santé-social-culture près d’un quart des recrutements n’ont toujours pas été finalisés.

Si les recrutements sont plus rapidement finalisés dans les fonctions production industrielle-travaux et chantier, études-R&D, a contrario, la fonction santé-social-culture rencontre plus de difficultés à pourvoir rapidement les postes : trois à six mois après la parution de l’offre, 22% des recrutements sont toujours en cours, un chiffre en hausse comparé à l’année précédente ou il était de 15%.

Les contraintes budgétaires étaient le premier motif invoqué il y a un an pour expliquer l’abandon de recrutement de cadres. Ce motif était le moins fréquemment évoqué concernant les offres publiées depuis le début de l’année.
Selon l’enquête de l’APEC, un tiers des abandons de recrutement sont en lien avec une redéfinition du poste au sein de l’entreprise.

La tension

Le sentiment de tension est en légère hausse par rapport au troisième trimestre 2013 (59% contre 58%). La part des recrutements jugés très difficiles a augmenté (19% contre 14%).

La fonction informatique est celle où la part des recrutements jugés difficiles de cadres est la plus présente avec un chiffre de 71%. Ce sentiment de tension dans cette fonction peut s’expliquer par un faible nombre de candidats et une recherche de profils et de compétences très spécifiques.

Le sentiment de tension est en léger recul dans la fonction production industrielle-travaux et chantier, les personnes interrogées sont 58% à déclarer des difficultés de recrutement alors qu’elles étaient 63% un an auparavant. Ce changement peut s’expliquer par une hausse des candidatures et la finalisation plus rapide des recrutements.

Dans le secteur santé-social-culture, on constate un recul de tension (55% contre 61% en 2013) qui masque la part des recrutements jugés très difficiles (18% contre 14% un an plus tôt).
Un nombre de candidats moins important peut expliquer la forte augmentation du sentiment de tension dans la fonction gestion-finance-administration qui progresse de 13 points (24% contre 11% un an auparavant).

Synthèse d’étude réalisée par Centre Inffo, juillet 2015


Source

Cet article vous a-t-il été utile ?