Tous à l’eau avec les métiers du nautisme



Du bateau à voile à la glisse, le goût des Français pour la plaisance s’affirme. Différentes catégories de métiers se développent pour navigants et non-navigants. Avec de belles perspectives, notamment autour du respect de l’environnement et de la création de services associés, le secteur promet encore de se diversifier. La preuve en est avec la Bretagne qui déploie des formations allant du CAP au master.


En chiffre 

  • 4% de bateaux de plaisance divers (kayaks, avirons de mer, etc.) sur l’ensemble de la production de bateaux.
  • 4,26 milliards d’euros de chiffre d’affaires global.
  • 72,4% de la production exportée. 
  • 4 millions de plaisanciers réguliers.
  • 9 millions de pratiquants occasionnels.
  • 5 109 entreprises dans 30 secteurs d’activité différents.
  • Près de 40 000 salariés.

Le nautisme : des métiers sur l’eau et des métiers sur terre

Le nautisme concerne l’ensemble des sports de l’eau. Il s’agit principalement de la navigation de plaisance en mer et sur bassins fluviaux.

Les métiers autour des bateaux de plaisance s’articulent autour de 4 grandes activités :

  • la conception de bateaux ;
  • la construction de bateaux ;
  • l’entretien et la réparation de bateaux ;
  • les services aux plaisanciers.

La conception de bateaux regroupe les métiers d’architecte de bateaux, d’architecte d’intérieur, d’ingénieur de bateaux et de dessinateur industriel.

La construction de bateaux se déroule sur des chantiers navals. Ce secteur relève plus globalement du métal.

Nombre d’employés du secteur de la construction de bateaux de plaisance en France de 2009 à 2014

Cette statistique indique le nombre d’employés du secteur de la construction navale de bateaux plaisance en France de 2009 à 2014. On observe que le nombre d’employés dans ce secteur était inférieur à 7 000 personnes en 2013.

Il s’agit des architectes d’intérieur, des menuisiers d’agencement de bateaux, des menuisiers aluminium, des stratifieurs moulistes, des soudeurs, des chaudronniers et des peintres en bâtiment.

L’installation et la maintenance rassemblent les électriciens en maintenance, les ajusteurs mécaniciens, les techniciens en télécommunications, en maintenance de bateaux de plaisance.

Enfin, les services aux plaisanciers visent les autres métiers, tels que matelots, technico-commerciaux, skippers, responsables logistiques, consignataires maritimes et commandants de navire.

A l’horizon

Le secteur économique de la plaisance se caractérise par son dynamisme et par la diversité des bateaux construits : voiliers et navires à moteur de tailles et caractéristiques différentes, voile légère ou sportive…

Les innovations sont nombreuses et cherchent à développer des bateaux de plus en plus légers et fiables, avec des recherches qui portent sur les matériaux, l’électronique et l’informatique.

Grâce à la légèreté des bateaux qui est de plus en plus marquée, la navigation de plaisance permet de plus grandes économies d’énergie et de mieux respecter l’environnement.

Quant aux pratiques des plaisanciers, elles évoluent aussi. Le nouveau client serait d’abord un consommateur. Il aurait, comme six Français sur dix, déjà goûté à l’économie collaborative – via des sites comme Airbnb, Blablacar ou Uber – et il aurait été séduit par la sécurité des échanges et l’immédiateté des services. Une évolution des pratiques qui semblerait partie pour durer, puisque pour lui, comme pour huit Français sur dix, l’important serait désormais de pouvoir utiliser un produit, plus que de le posséder.

Par conséquent, l’ensemble des services (équipementiers, loueurs, ports de plaisance) autour du nautisme vont eux aussi évoluer. De belles perspectives s’ouvrent pour les managers et les cadres commerciaux.

Cap vers la Bretagne pour son offre de formation

Avec 2 470 km de côtes et 7 440 emplois, la Bretagne a mis les moyens pour déployer une offre de formation à la hauteur des enjeux économiques.

Cette région cherche aussi à développer l’égalité homme-femme et la mixité dans les formations et les métiers de la mer.

Centre Inffo, juin 2017


Sources

Pour aller plus loin

Cet article vous a-t-il été utile ?