L’insertion des jeunes diplômés en 2012



L’Apec a publié son enquête annuelle sur l’insertion des jeunes diplômés. Cette étude, réalisée en avril 2012 auprès de plus de
4 000 jeunes niveau bac +4 et plus, montre que la situation se stabilise tout en restant fragile du fait du contexte économique peu favorable.


Les chiffres clés

71%
71% des jeunes diplômés étaient en poste en avril 2012.
Les jeunes diplômés 2011 font donc aussi bien que le promotion précédente, mais cela reste en deçà de la promotion « d’avant crise » de 2008, où 77% étaient en poste.

8/10
Mention très bien pour les écoles d’ingénieurs : les diplômés d’école d’ingénieur s’en sortent mieux, ils sont 8 sur 10 a être en emploi contre 7 sur 10 pour les universitaires.

2 mois
Les jeunes diplômés mettent en moyenne deux mois à trouver un emploi. La durée médiane étant d’un mois.

56%
La situation s’améliore puisque 56% sont embauchés en CDI contre 47% en 2009.

28 600 €
La rémunération est également en légère hausse puisque le salaire médian est de 28 600 € contre 27 600 € pour la promotion précédente.

60%
C’est la proportion de jeunes diplômés qui recherchent un emploi avant même d’avoir fini leur cursus. Les diplômés de la promotion 2011 anticipent plus leur recherche d’emploi (55% pour la promotion précédente).

De quelles filières proviennent les jeunes diplômés

Top 3 des filières où le taux d’insertion est le plus élevé

  • Informatique, télécommunications, multimédia
  • Ingénieur généraliste, métallurgie, mécanique, aéronautique
  • médical, vétérinaire, pharmacie

Top 3 des filières où le taux d’insertion est le plus faible

  • Economie
  • Physique, chimie, biologie, géologie
  • Droit, sciences politiques

Secteur privé ou secteur public ?

Les trois quarts des jeunes diplômés 2011 travaillent dans le secteur privé dont les deux tiers sont employés dans le secteur des services suivi de l’industrie avec un peu plus d’un sur quatre.

Une situation qui risque de se dégrader

La situation professionnelle des diplômés 2011 reste incertaine, car les entreprises font preuve de prudence dans leur prévision de recrutement. Elles recherchent de plus en plus des personnes opérationnelles de suite, ce qui limiterait l’embauche des jeunes diplômés.


Plus d’information sur le site de l’Apec

Cet article vous a-t-il été utile ?