Le cloud, le big data et la cybersécurité recherchent des techniciens de haut niveau dotés de compétences transverses



Avec une première expérience, des compétences comportementales et l’envie de travailler en Île-de-France, vous détenez trois des caractéristiques clés pour travailler dans les métiers du cloud, du big data et de la cybersécurité. C’est ce que révèle une étude de l’Agence pour l’emploi des cadres (Apec) conduite avec l’Observatoire des métiers des télécommunications (OMT).


Parce que les secteurs du cloud, de la big data et de la cybersécurité évoluent à grande vitesse, il est difficile d’en préciser les « futurs profils professionnels » et d’en définir « clairement les connaissances et compétences nécessaires pour les postes à pourvoir », avertit l’étude Apec / OMT. D’où le choix d’aborder le sujet par l’analyse des offres d’emploi confiées à l’Apec en 2017.

L’Île-de-France domine

Cette année-là, 50 % des offres ont concerné le cloud, 37 % le big data et 13 % la cybersécurité. Les métiers vont d’administrateur à ingénieur en passant par consultant, analyste, architecte ou chef de projet. Les métiers les plus recherchés sont le développeur-intégrateur dans le big data, le consultant, l’ingénieur développement et l’ingénieur commercial dans le cloud et le consultant en cybersécurité. Les postes sont très majoritairement proposés en Île-de-France (53 %), suivie par Auvergne-Rhône-Alpes (11 %) et l’Occitanie (9 %).

Compétences transverses

L’éventail des compétences techniques à maîtriser est tel que leur maîtrise préalable à l’embauche peut devenir secondaire : « peu importe les technologies utilisées, nous cherchons quelqu’un sachant s’adapter ». Bien qu’indispensables et centrales, les compétences techniques ne sont pas suffisantes : « nil est tout aussi important de gérer des projets en mode agile, de maîtriser l’anglais que de posséder des compétences comportementales qui peuvent faire la différence à l’embauche (capacité relationnelle, rigueur, esprit d’initiative, adaptabilité, …) ». En termes de niveau, les offres exigent dans 8 cas sur 10 un niveau master et des profils issus d’écoles d’ingénieurs. Le doctorat est mentionné dans 9 % des offres big data (6 % pour la cybersécurité et 2 % pour le cloud).

La détention d’une première expérience – jusqu’à 3 ans – est également recherchée.


Nicolas Deguerry, Centre Inffo


En savoir plus

Cet article vous a-t-il été utile ?