Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 le numéro de l'Orientation pour tous. (Service gratuit)

ajusteur(euse)-monteur(euse)

C'est un peu comme s'il jouait au jeu de Lego. Mais l'ajusteur-monteur exerce un vrai métier pour lequel, un certain nombre de compétences sont nécessaires. Qu'il assemble des pièces ou procède à des finitions, il est, en tout cas, un as du sur-mesure.

Nature du travail

Réceptionner les pièces

Il réceptionne d'abord toutes les pièces du système mécanique à réaliser. Il les adapte les unes aux autres pour qu'elles forment un ensemble cohérent. Étudiant le plan du produit, il repère les divers éléments (pignons, roulements, vérins...), ainsi que leur mode de fixation (par vis, soudage ou rivets).

Corriger les défauts

Il vérifie ensuite la conformité des pièces fournies. Certaines peuvent présenter de petits défauts : dimensions inappropriées, surface rugueuse, etc. Il faut alors rectifier, limer, percer, à l'aide d'outils ou de machines.

Monter l'ensemble

Vient enfin la phase de montage. L'ajusteur-monteur assemble les pièces selon un ordre qu'il détermine lui-même ou en suivant les instructions d'un document technique. Il effectue des ajustements pour améliorer les liaisons entre les divers éléments.

Tester et régler

Quand tout l'équipement est assemblé, il en contrôle le bon fonctionnement par une série de tests et d'essais. Il procède alors aux ultimes réglages et aux mises au point qui s'imposent.

Compétences requises

Précis et habile

Il a le compas dans l'oeil. Pas de place pour l'à-peu-près : un roulement doit entrer au dixième de millimètre près dans son logement. Rigueur et habileté manuelle sont des qualités indispensables. De même qu'un certain talent pour la communication : il faut être capable d'expliquer le fonctionnement d'une machine.

Astucieux et efficace

De bons yeux ne suffisent pas : un esprit logique et une certaine forme de débrouillardise sont également utiles. On ne peut pas se permettre de décevoir un client : tout doit être réglé dans les délais prévus, avec la qualité et le coût attendus.

Lieux d'exercice et statuts

En atelier ou sur site

Ce professionnel travaille dans un atelier de fabrication de pièces mécaniques ou se déplace sur des sites industriels pour entretenir et réparer des machines-outils. L'activité est souvent organisée par roulement d'équipes (2 x 8 ou 3 x 8).

Dans le bruit et la poussière

L' ajusteur-monteur travaille debout, encerclé par une armada de machines (rectifieuse, fraiseuse...) et d'instruments de mesure. Un environnement qui n'offre pas toujours des conditions agréables : il faut supporter le bruit des appareils, la poussière et même des odeurs.

Carrière et salaire

On manque de candidats

De très nombreuses entreprises recherchent des ajusteurs, en particulier celles qui produisent des machines pour l'agroalimentaire, l'imprimerie, le textile, l'automobile et l'aéronautique. Les ajusteurs-monteurs peuvent aussi être employés chez des fabricants d'outillages ou dans des sociétés spécialisées en maintenance industrielle. Au total, ce sont près de 6 000 postes qui sont proposés chaque année.

Des possibilités d'évolution

Après quelques années d'expérience, un ajusteur-monteur peut devenir chef d'équipe. Les meilleurs éléments accéderont ensuite à des fonctions de responsable d'atelier.

Salaire du débutant

Autour de 1600 euros brut/mois.

Accès au métier

Une MC : le strict minimum

Certains accèdent à la profession avec, pour seul bagage, une mention complémentaire. Mais on demande de plus en plus un bac pro ou techno. La MC montage ajustage des systèmes mécaniques et automatisés permet d'accéder au métier. Pour élargir le champ des possibles, mieux vaut aller jusqu'au bac.

Deux bacs professionnels et un bac technologique sont particulièrement adaptés au métier d'ajusteur-monteur :

  • Le bac pro maintenance des équipements industriels
  • Le bac pro technicien outilleur permet de viser un poste d'ajusteur-outilleur.
  • Le bac techno STI2D (développement durable) est, quant à lui, délivré à l'issue du cycle du même nom (1re et terminale STI2D après une 2de générale et technologique).

Témoignages

Sébastien, ajusteur-monteur chez Dassault Aviation

Une énorme responsabilité

Chaque fois que je monte un tube ou un câble, j'appose ma signature avec un tampon. Le mien, c'est MT323. Ainsi, on sait à qui s'adresser s'il y a un problème. C'est une énorme responsabilité de travailler sur un avion : la moindre erreur engendre des coûts importants. Rien n'est automatisé. Si je fais une erreur, il faut que je la répare moi-même.

Pour découvrir le contenu de ces formations, www.onisep.fr

Découvrir d’autres métiers en vidéo