Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 le numéro de l'Orientation pour tous. (Service gratuit)

entraîneur(euse) sportif(ve)

Lucide et exigeant, l'entraîneur sportif n'a qu'un objectif : amener un athlète ou une équipe à son meilleur niveau en vue des compétitions. Un technicien du sport qui est aussi un fin pédagogue.

Nature du travail

Conduire au plus haut niveau

S'appuyant le plus souvent sur sa propre expérience de la discipline sportive qu'il enseigne, l'entraîneur élabore une progression à base d'exercices adaptés à chaque athlète. Le rythme des entraînements et l'intensité des efforts demandés sont savamment dosés. Dans les grands clubs et, de plus en plus, dans les clubs de taille moyenne, il peut être assisté par des préparateurs physiques, qui veillent à développer le potentiel des athlètes.

Améliorer technique et tactique

Son travail se fonde sur l'observation des entraînements et sur l'analyse des résultats obtenus en compétition par ses athlètes. Footballeur évoluant sur le terrain, judoka sur le tatami ou sprinter en piste, il repère les fautes techniques ou tactiques, les mauvais gestes, les défaillances physiques (blessures, fatigue) et mentales (découragement), et les expose au sportif pour qu'il puisse les corriger.

Gérer le mental

Son rôle sur le plan humain est tout aussi important : il encourage ses athlètes, les motive, et les écoute afin de construire l'entraînement qui leur conviendra le mieux. À lui de désamorcer les conflits, de ménager les susceptibilités lors des sélections, et de soutenir les sportifs en cas d'échec.

Compétences requises

Sportif et pédagogue

L'entraîneur est souvent un sportif qui a pratiqué lui-même une discipline pendant plusieurs années et qui choisit, à un moment donné, d'encadrer d'autres sportifs. Enseignant responsable, il maîtrise les processus d'apprentissage et sait les transmettre grâce à un accompagnement quotidien.

À l'écoute

Outre ses qualités de technicien du sport, l'entraîneur doit faire preuve de beaucoup de psychologie et de patience. Dynamique et persuasif, il est capable d'exalter les joueurs, de les amener à se dépasser. A contrario, dans les moments de saturation, il sait relâcher la pression.

Un rôle délicat

Dans les grands clubs, l'entraîneur est très exposé médiatiquement et il est tenu pour responsable des résultats. Porté en triomphe en cas de victoire, décrié lors d'une défaite, l'entraîneur doit savoir résister à la pression inhérente au monde de la compétition sportive. Esprit d'équipe et force de caractère sont indispensables.

Lieux d'exercice et statuts

Dans une fédération sportive nationale

Pour travailler auprès des sportifs de haut niveau reconnus par le ministère, il faut passer le concours de professeur de sport, option CTS (conseiller technique sportif). Fonctionnaires du ministère des Sports, les CTS exercent au sein d'une fédération sportive nationale, d'une ligue régionale, d'un comité régional. Un cadre sportif peut aussi être directement embauché et rémunéré par une ligue.

En club ou en association

Titulaire d'un diplôme d'État, l'entraîneur peut travailler au niveau local, départemental, régional, dans un club, une association, une collectivité territoriale. Lorsqu'il exerce dans des organisations non compétitives, c'est-à-dire ne participant pas à des championnats, il joue davantage le rôle d'un animateur et d'un éducateur sportif. Dans ce cas, il est souvent bénévole, et un brevet fédéral, délivré par une fédération sportive, est suffisant pour pouvoir exercer.

Entraîner sans compter

Outre les entraînements auxquels il participe activement la semaine, l'entraîneur prépare les rencontres. Dans les petites structures, il est souvent en charge soit de l'administratif, soit de la gestion du matériel. Le week-end est consacré aux matchs, tournois..., ce qui laisse peu de temps pour la vie personnelle.

Carrière et salaire

Pas de voie royale

Le chemin est long pour qui souhaite devenir entraîneur sportif. Par-delà les diplômes, les rencontres comptent beaucoup. Il faut savoir saisir les opportunités, choisir les bonnes options, s'adresser aux personnes stratégiques. Et accepter de vivre littéralement pour son sport.

Posséder le bon diplôme

Pour être rémunéré en tant qu'entraîneur, il faut être titulaire d'une certification professionnelle : diplôme d'État, CQP (certificat de qualification professionnelle) ou titre inscrit au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles) et garantissant la sécurité des pratiquants et des tiers.

Évoluer grâce aux concours

Avec une formation complémentaire, en passant des concours organisés par le ministère des Sports ou la fonction publique territoriale, il est possible de devenir entraîneur national, directeur technique national, conseiller territorial ou bien encore formateur de cadres sportifs ou gestionnaire d'équipements sportifs.

Salaire du débutant

Variable en fonction de la discipline et du niveau des sportifs encadrés.

Accès au métier

(diplôme d'État de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport), DESJEPS (diplôme d'État supérieur de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport), BEES (brevet d'État d'éducateur sportif)(Institut national du sport, de l'expertise et de la performance) Pour certaines disciplines, il existe un diplôme spécifique, validé par les fédérations (exemple : le diplôme d'entraîneur de football, délivré par la FFF). Les concours de professeur de sport (ministère des Sports) ou de conseiller territorial des activités physiques et sportives (fonction publique territoriale) conduisent aux fonctions d'entraîneur national, directeur technique, formateur de cadres ou gestionnaire d'équipements sportifs.

Niveau bac + 2

  • DEJEPS spécialité perfectionnement sportif

Niveaux bac + 3, + 4

BEES 2 degré

Licence STAPS spécialité entraînement sportif

  • DESJEPS spécialité performance sportive (pour le niveau national)

Niveau bac + 5

  • Master STAPS spécialisation entraînement
  • Brevet d'État d'éducateur sportif 3e degré
  • Diplôme de l'Insep, option entraînement des sportifs de haut niveau

Témoignages

Thierry, entraîneur

au Handball Club de Nantes (44)

Se montrer juste

Le groupe prime sur l'individu : arriver à l'heure et en tenue à l'entraînement, couper le téléphone pendant les repas... Il faut rester attentif à tout et être capable de se remettre en question, car les paramètres de la performance sportive sont multiples. L'entraîneur doit en permanence procéder à des ajustements. C'est toute la difficulté de ce métier. On s'appuie évidemment sur des compétences techniques, mais c'est en connaissant bien chaque joueur et en créant des conditions psychologiques favorables qu'on obtient des résultats. Cela implique de présenter des objectifs clairs, de valoriser le rôle de chacun, aussi modeste soit-il. Et de se montrer juste.

Pour découvrir le contenu de ces formations, www.onisep.fr

Découvrir d’autres métiers en vidéo