Le CDI apprenant pour une reconversion sécurisante



Connaissez-vous le CDI apprenant ? Lancé par Adecco en octobre 2020, ce dispositif permet de se reconvertir vers des métiers qui recrutent.


Lorsqu’on entreprend une reconversion, il y a toujours une part de risque… largement atténuée avec le dispositif du CDI apprenant, lancé en octobre dernier par le groupe Adecco. Constatant un hiatus entre un chômage de masse et les difficultés de certains secteurs à recruter, le groupe a imaginé ce dispositif qui permet de former à un métier « pénurique », tout en bénéficiant d’une sécurité d’emploi.

C’est ce qui a séduit Jérémy Chardonneau, 30 ans, en reconversion pour être chauffeur poids lourd via le CDI apprenant, en Indre-et-Loire : « J’étais agriculteur à mon compte pendant quatre ans et j’ai dû arrêter l’activité. C’était trop compliqué et je venais d’avoir un bébé  », explique-t-il. Pendant un an, il a fait « un peu de livraison de colis légers et un peu de transport de bois de chauffage », avant de découvrir une annonce présentant le CDI apprenant.

Pouvoir se former et être payé en même temps c’est l’idéal

« Pouvoir se former et être payé en même temps c’est l’idéal », estime-t-il, à quelques semaines de la fin de sa formation où il devrait, comme huit de ses camarades de promotion, décrocher le permis poids lourd. Rémunéré pendant la formation sur la base du Smic, il a la quasi-certitude de trouver des missions à l’issue de la formation : « On sait que le métier cherche et qu’il y a toujours du travail. »

La solution, c’est la formation

Pour Kevin Pujol, directeur de l’agence Adecco de Saint-Cyr-sur-Loire, c’est un dispositif gagnant-gagnant : « Nous n’arrivons pas à répondre à la demande des entreprises clientes dans le transport-logistique. La solution, c’est la formation, pour créer les compétences et amener les candidats sur ces métiers en tension. »

Le sourcing, exigeant, permet d’identifier les candidats motivés, car « ce n’est pas parce qu’il y a du travail que tout le monde voudra faire ces métiers difficiles, souligne-t-il. C’est un dispositif engageant, en termes de temps, d’investissement et les recruteurs sont très attentifs à ces notions d’engagement. »

Jérémy Chardonneau a choisi d’être chauffeur poids lourd, en lien avec la conduite d’engin qu’il a pratiquée dans son ancien métier. Il sait qu’au-delà du permis poids lourd, il pourra ensuite obtenir des certifications supplémentaires, comme le Caces (certificat d’aptitude à la conduite en sécurité).

Le CDI apprenant, sécurisant, marque l’engagement d’Adecco, insiste Kevin Pujol, « à accompagner dans l’emploi, à garantir la rémunération. Nos équipes de recruteurs pourront proposer la candidature de Jérémy et des autres pour qu’ils soient en poste le plus rapidement possible, sans intermission. Nous les accompagnerons toute leur carrière, y compris pour acquérir d’autres certifications pour étoffer leur employabilité ».

Le groupe Adecco se donne pour objectif d’engager 15 000 personnes dans toute la France d’ici fin 2021 avec ce dispositif d’innovation sociale.


Mot(s)-clé(s) : Reconversion

Articles sur les mêmes thématiques

Cet article vous a-t-il été utile ?

9 votes