Raphaël Cuevas, artisan formateur en tiers-lieu



À 26 ans, Raphaël Cuevas détient un statut de résident formateur à ICI Montreuil (93), navire amiral des manufactures collaboratives du réseau Make ICI. Le témoin parfait pour découvrir ce que peut offrir un tiers-lieu en matière de travail et de formation.


L’esprit d’entraide est assez génial”

En passant son diplôme d’éducateur sportif de ski nordique, le fils d’ébénistes qu’est Raphaël Cuevas a bien failli mal tourner. On lui pardonne d’autant plus qu’il n’a que très légèrement dérogé à l’héritage familial : filière sport études pour ce Haut-Savoyard, certes, mais aussi bac pro et BTS menuiserie suivi d’un CAP d’ébéniste. L’ordre en témoigne, il n’est pas motivé par l’atteinte d’un niveau académique mais par la poursuite d’objectifs pratiques : “Solides bases techniques en menuiserie, apprentissage du vrai meuble en ébénisterie”, et conclusion par un diplôme en design global éco-responsable. L’objectif est “non seulement de penser le produit de la fabrication au recyclage, mais aussi de réfléchir à son usage : créer du beau et de l’utile”.

Entrepreneur

Soucieux de ne pas tomber dans l’hyperspécialisation du salariat, Raphaël Cuevas ne tergiverse pas longtemps avant de se mettre à son compte en créant Maison Raphaël. Désormais Parisien, il choisit la solution de l’atelier partagé. Résident à ICI Montreuil, depuis juillet 2018, il découvre un écosystème qui va bien au-delà de la mise à disposition d’un espace de travail.
Il y a d’abord la présence d’une vingtaine de menuisiers, à 80 % professionnels, qui “permet de répondre à des projets plus importants, à plusieurs avec partage des responsabilités ou en notre nom en déléguant une partie du chantier”. Une autre valeur ajoutée du tiers-lieu réside dans la présence de nombreux corps de métiers – du métallier à l’artiste plasticien en passant par l’architecte – qui permet, là encore, d’élargir les possibles et de progresser.
“Une quinzaine de projets différents se montent chaque semaine, il y a toujours quelqu’un qui a déjà rencontré le problème que vous devez affronter, l’esprit d’entraide est assez génial”, apprécie-t-il.

Formateur

Par vocation et en raison d’un modèle économique fondé sur la multi-activité, les tiers-lieux sont aussi des espaces de formation : on y prototype, on y crée, on y fabrique, tout autant que l’on s’y familiarise et se professionnalise.
Après avoir débuté sur des animations à la journée de découverte des métiers du bois, Raphaël Cuevas intervient aussi sur les formations professionnalisantes “Entrepreneurs Makers”. “Il ne s’agit pas de former des ébénistes ou des menuisiers, mais de leur donner une vision objective du métier et de leur permettre de gagner en autonomie ; les intermittents du spectacle seront par exemple capables de donner des chiffrages clairs et précis pour un décor et sauront ce qu’ils pourront faire seuls et ce qu’ils doivent envisager de déléguer.”
Occupé à 25% par cette activité de formation, Raphaël Cuevas décrit une expérience d’autant plus valorisante qu’elle se déroule au contact de “personnes motivées, qui ont choisi d’être là et qui sont très demandeuses de conseil”, apprécie-t-il. Ex-Haut-Savoyard, lui aussi a choisi d’être là : “Je voulais partir pour voir autre chose, apprendre le métier à ma manière et bénéficier d’une émulation différente.” De là à promettre qu’il ne reverra jamais les montagnes… 


Article publié dans Inffo Formation 996


Mot(s)-clé(s) : Reconversion

Articles sur les mêmes thématiques

Cet article vous a-t-il été utile ?

3 votes