Sylvie Linxe, de la coiffure au développement web



Sylvie Linxe fait partie des sept femmes lauréates des Trophées « Métiers pour Elles », un concours lancé par l’Afpa pour valoriser les femmes qui ont choisi une formation dans un métier qui accueille moins de 30% de femmes. Elle a obtenu le trophée Pluri’Elle, qui récompense son parcours de reconversion.


« J’ai encore du mal à me dire que je suis développeuse web. » Et pourtant, Sylvie Linxe, 54 ans, a validé son diplôme le 21 janvier 2021 et travaille désormais au lancement de son entreprise. Un parcours de reconversion qui a été « difficile », a nécessité « beaucoup de travail » mais dont elle « est fière ». Car, Sylvie Linxe n’avait pas, jusque-là, pu poursuivre d’études « à (son) grand regret  ». Titulaire d’un CAP de coiffure, elle a été l’une des toutes premières à se lancer dans la coiffure à domicile à l’âge de 18 ans. Après dix ans dans la coiffure, elle se reconvertit « seule et au culot » dans le commerce, alors qu’elle est partie vivre à Saint-Martin. De retour en France métropolitaine, elle poursuit sa carrière dans le commerce, ce qui l’amène à créer un site internet de vente de lingerie, en 2010. Et là, c’est le déclic. « Ce site, je l’ai fait faire, et j’étais bien plus intéressée par ce qui se passait derrière que par le fait de mettre des photos dessus. » Un attrait d’autant plus inattendu que « jusque-là, j’étais très réfractaire, je n’ai eu mon premier ordinateur qu’un an avant, en 2009 ! »

Classe de jeunes décrocheurs

Parallèlement à son site, Sylvie Linxe travaille en boutique, mais des problèmes de santé l’incitent à repenser son avenir professionnel. Et ressurgit alors cet attrait pour le web. Aidée par Cap emploi, à Montpellier, son projet de reconversion prend forme. « Déjà, il fallait que je passe le bac.  » Alors la voilà, à la rentrée 2017, à retourner sur les bancs de l’école « dans une classe de jeunes décrocheurs ». Un investissement personnel payant puisqu’elle obtient le bac, mention très bien, à 50 ans, en juin 2018, «  une revanche sur tous ceux qui pensaient que je n’y arriverais jamais ». Mais ce n’est que le début. Après plusieurs entretiens, elle intègre la formation web et web mobile de l’Afpa, en avril 2020 « en plein confinement ».

Une battante

Entre les cours à distance, une opération qui l’empêche de reprendre en présentiel à l’été, un nouveau confinement en octobre, « l’année a été extrêmement difficile, j’y ai perdu des plumes, j’ai voulu abandonner ». Mais avec l’aide de ses collègues «  que des jeunes garçons », elle s’accroche, part en stage chez Dev Code One pendant deux mois. Jusqu’à l’obtention finale de son diplôme, à laquelle elle a encore du mal à croire. « Si on m’avait dit que j’en serais là il y a un an ! » Toutefois, rien n’est fini pour cette battante. « Je veux poursuivre car j’aime apprendre et dans mon projet de création d’entreprise, il y a encore plein de choses que je ne sais pas faire. » Alors une licence ou un master, désormais, pourquoi pas !


Mot(s)-clé(s) : Reconversion

Articles sur les mêmes thématiques

Cet article vous a-t-il été utile ?

4 votes