Un départ à initiative personnelle dans le secondaire



Cette solution concerne la mobilité en dehors des échanges institutionnels. Plusieurs cas de figure existent.
Le lycéen peut être tenté par un départ en solo, à l’issue de la classe de terminale ou en cours de cycle.
Encore peu ancrée dans la mentalité française, cette année sabbatique ou « gap year » fait intimement partie de la culture scandinave, anglo-saxonne ou des pays germanophones. C’est l’année « for experience » un peu pour grandir tout seul loin de ses parents, parler une autre langue, découvrir une autre culture, se prouver que l’on peut être autonome et ce peut être aussi une année mise à profit pour mûrir un projet d’orientation.


En savoir plus

Cet article vous a-t-il été utile ?

0 vote