Accueil - Orientation pour tous - Pôle information et orientation sur les formations et les métiers

0811 70 39 39 - le numéro de l'Orientation pour tous (service gratuit) - coût de l'appel 0,06 euros en moyenne

Mettre ses compétences au vert

L’économie verte regroupe des activités et des compétences techniques qui évoluent ou se créent. Globalement, le marché du travail y est dynamique. Mais respecter, préserver l’environnement et être actif dans ce secteur se traduit surtout dans les métiers de la filière eau, assainissement, déchets et air.

JPEG - 309 ko

L’économie verte : points de repère

Les activités de l’économie verte agissent en faveur de l’environnement ou de son amélioration à travers :

  • la protection de l’environnement ;
  • la gestion des ressources naturelles ;
  • les services publics généraux ;
  • l’amélioration de la qualité de l’environnement.

En 2012, les emplois de l’économie verte représentaient plus d’un million ETP (Équivalent temps plein) et 4 % de l’emploi total en France. La dynamique de croissance y est plus marquée que dans l’ensemble de l’économie.

On y retrouve essentiellement des hommes, avec une formation de type BEP ou CAP. Les femmes, elles, sont surtout présentes dans les professions les plus qualifiées mais minoritaires dans le secteur.

La main-d’œuvre se caractérise par sa stabilité bien que les contrats à durée déterminée (CDD) et les temps partiels y soient plus répandus que dans les autres secteurs économiques.

Globalement, les entreprises rencontrent des difficultés à recruter plus fortes que pour l’ensemble des métiers.

Métiers verts et métiers verdissants

L’économie verte regroupe les métiers dits verts et les métiers verdissants .

Les métiers verts visent une finalité environnementale. En 2011, on y dénombrait environ 143 000 personnes, soit une augmentation de 7 000 personnes par rapport à 2008. Ces métiers verts représentent 0.5 % de l’emploi national.

Plus des trois quarts de ces professionnels interviennent dans : l’assainissement et le traitement des déchets ; la production et la distribution d’énergie et eau.

Le quart des métiers restant concerne la protection de la nature et les métiers transversaux, comme technicien(ne) de l’environnement et du traitement des pollutions, ingénieur(e) et cadre technique de l’environnement.

La moitié de ces emplois recrute sans qualification, en particulier des manœuvres et des ouvriers(ères) spécialisés.

Les métiers verdissants sont ceux dont les contenus et les compétences évoluent pour répondre aux enjeux environnementaux. Ces métiers sont donc variés. Ils sont liés à l’agriculture-sylviculture, l’entretien des espaces verts, l’industrie, au tourisme et à l’animation, à la recherche, aux achats. En 2011, les professions verdissantes représentaient entre 3.7 et 4.1 millions d’emplois. Plus de la moitié des effectifs sont présents dans les secteurs du bâtiment et du transport. Les métiers verdissants représentent 13.5 % de l’emploi national. Ce sont surtout des emplois d’ouvriers(ères) et d’employé(e)s qualifiés.

Des offres d’emploi à pourvoir

En 2014, les employeurs ont déposé près de 344 000 offres d’emploi auprès de Pôle emploi sur les métiers de l’économie verte ; ce qui représentait 13 % des offres d’emploi tous métiers confondus.

Les offres d’emploi se répartissaient ainsi :

  • 25 400 sur les emplois verts
  • 308 900 sur les emplois verdissants. Plus de la moitié des offres d’emploi visent le bâtiment et les transports. Il se trouve que ce sont aussi les métiers de ces secteurs qui sont les plus recherchés par les demandeurs d’emploi.

46 % des intentions d’embauche sont jugées difficiles par les employeurs (40% pour l’ensemble des métiers). Ces difficultés se font surtout sentir dans le bâtiment.

Afin d’avoir une information assez précise des métiers qui existent sur le marché du travail, Pôle emploi a élaboré 53 fiches métiers ; elles sont en ligne sur le site Internet et correspondent au thème « Métiers de l’environnement et du développement durable »

Le cœur des métiers verts : la filière eau, assainissement, déchets et air .

Etre actif dans la préservation de l’environnement se traduit surtout dans les métiers de la filière eau, assainissement, déchets et air. Il s’agit concrètement d’économiser et traiter l’eau, gérer les déchets, lutter contre les nuisances sonores, réduire les polluants.

Il est prévu que la gestion des déchets, l’assainissement et la gestion de l’eau développent 43 000 emplois d’ici à 2020. Ces métiers sont souvent accessibles sans diplôme. Certains ont particulièrement besoin de main-d’œuvre comme agent de déchetterie et agent de propreté et d’hygiène.

D’autres métiers évoluent : conducteur(trice) d’engins en industrie du recyclage. Il est alors possible de se reconvertir depuis un autre secteur industriel.

Types d’accès aux métiers par filière

AccèsFilière déchet/recyclageFilière eauFilière air
Accès direct sans formation Agent de collecte, opérateur de tri, agent de déchetterie, conducteur d’engins, opérateur de recyclage Canalisateur, agent d’entretien du réseau d’eau
Accès avec qualification, diplôme ou titre de niveau CAP-BEP Agent de la qualité de l’eau Agent de la qualité de l’air
Accès par promotion interne et/ou diplômes de niveau BAC et plus Chef d’équipe tri/recyclage, responsable d’exploitation industries déchets/recyclage Technicien eau et assainissement Technicien en qualité de l’air
Accès par promotion interne Responsable de site recyclage/déchetterie Responsable de station d’épuration

Synthèse réalisée par Centre Inffo, janvier 2016


Source

  • « Le marché de l’emploi de l’économie verte », Observatoire national des emplois et métiers de l’économie verte (ONEMEVE), 2014.
  • Une autre synthèse sur les métiers verts est disponible sur ce site ; elle date de janvier 2013. Or le secteur a évolué quantitativement et qualitativement. Ce qui explique cette nouvelle édition.

Aller plus loin

Métiers du développement durable, de l’économie verte et de l’environnement :

Mise en relation en emploi :

Mis à jour le 23 février 2016